Conjoncture Sundar Pichai, le CEO de l'entreprise américaine, appelle à réformer le système fiscal actuel.

Alors que se tient à Davos en ce moment le Forum économique mondial, les personnalités économiques de renom se succèdent pour venir apporter leur expérience en Suisse. Sundar Pichai, le CEO de Google, est venu donner une conférence dans la petite station de sport d'hiver helvétique.

Dans son discours, il a notamment plaidé pour une réforme du système de taxe actuel. Prévu dans l'horaire juste avant Emmanuel Macron, Pichai a expliqué sa vision des choses: "Notre compagnie a payé ces 5 dernières années environ 20 % de taxe", a indiqué l'homme fort de Google. "Nous serions heureux de payer encore plus de taxe, si le monde parvenait à s'accorder sur ce point. Ce n'est pas seulement une question du montant de taxe que nous payons mais il faut aussi voir comment on va diviser cela entre les pays."

Une dernière étude a démontré que Google et Facebook avaient échappé à 5,4 milliards de taxe sur le revenu au sein des pays européens grâce à de l'optimisation fiscale entre 2013 et 2015.

Pichai a ensuite avancé qu'il fallait supprimer le modèle fiscal actuel et le baser sur le secteur de la recherche et du développement. "Nous allons embaucher énormément d'ingénieurs en France mais aussi en Europe", a-t-il annoncé. "Au fil du temps, cela normalise la valeur de l'impôt que nous payons car cela reflète l'endroit où vous créez de la valeur. "

"Nous restons ouverts à toutes les solutions", a rajouté Pichai. "Nous encourageons l'OCDE pour régler ce problème de telle sorte que ça rende la vie des entreprises plus faciles."