Conjoncture

Le produit intérieur brut (PIB) de la Belgique a crû de 0,4% au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent, a annoncé jeudi la Banque nationale de Belgique (BNB). Comparée au deuxième trimestre de l'année précédente, l'activité économique a augmenté de 1,5%. Le rythme de la croissance a quelque peu ralenti par rapport au premier trimestre de l'année, au cours duquel le PIB avait progressé de 0,6% par rapport au trimestre précédent et de 1,6% sur un an.

"L'évolution de l'activité n'est pas similaire dans les différentes branches d'activité: par rapport au trimestre précédent, la valeur ajoutée s'est stabilisée dans l'industrie, elle a légèrement reculé dans la construction (-0,1%) et elle s'est inscrite en hausse de 0,6% dans le secteur des services", constate la BNB dans un communiqué.

La croissance du PIB a été soutenue par les dépenses intérieures, qui ont augmenté (+0,8%) dans la foulée de la progression des investissements en capital fixe des entreprises (+3,5%) et des dépenses de consommation des ménages (+0,5%). Les investissements des administrations publiques se sont, eux aussi, intensifiés (+1,2%).

Par contre, les dépenses de consommation des administrations publiques et les investissements des ménages se sont repliés de, respectivement, 0,1% et 0,5%.

Quant aux exportations nettes de biens et services, elles ont apporté une contribution légèrement négative à la variation du PIB (-0,2 point de pourcentage) puisque les exportations (+1,1%) ont augmenté un peu moins rapidement que les importations (+1,3%).

L'emploi intérieur s'est affermi de 0,2% par rapport au trimestre précédent et de 1,1% par rapport au deuxième trimestre 2016.