Conjoncture

"Des slogans très durs, comme 'Des journées sans viande", combinés à la diffusion d'informations erronées servant à donner du poids à cette campagne, portent inutilement préjudice au secteur de la viande belge, et pire, alimentent une perception négative", indique jeudi la fédération belge de la viande Febev en réaction à la prochaine campagne "Jours sans viande". 

Les "Jours sans viande" existent en Flandre depuis 2011 et seront lancés cette année en Wallonie et à Bruxelles. Cette campagne veut sensibiliser le consommateur à moins manger de viande et de poisson durant 40 jours afin de réduire son empreinte écologique.

"Des arguments et des chiffres erronés sont cependant utilisés pour désigner l'impact de la production/consommation de viande sur l'empreinte écologique, la consommation d'eau et les émission de CO². Les eaux de pluies, et les prairies qui sont alloués à l'élevage et qui agissent comme puit de carbone ne sont par exemple pas pris en compte dans le calcul de l'empreinte écologique", estime la Febev. "L'impact de l'élevage sur l'environnement est donc en conséquence considérablement plus faible que celui qui est présenté aujourd'hui dans la presse. Nulle part au monde la viande n'est produite de manière plus efficace en terme écologique qu'en Belgique".