Conjoncture Les mailles du filet deviennent très étroites. Dès aujourd'hui, les intermédiaires financiers, même s'ils ne s'en rendent pas toujours compte, doivent se mettre en condition de déclarer au fisc certains montages juridiques transfrontières agressifs - entendez dont le but est manifestement d'éluder l'impôt. Le 25 juin sonne en effet la charge de la Commission européenne envers ces structures fiscales "offshore et agressives". Les banques ne s'en laissent pas compter et ont écrit au Conseil européen. Explications.