Conjoncture

La prépension n’a plus la cote. Du moins son recours ne cesse-t-il de baisser ces dernières années. Le nombre de personnes partant à la retraite de manière anticipée a en effet diminué de moitié depuis 2013, selon les derniers chiffres de l’Onem publiés vendredi par "De Morgen".

En prépension, 75 000 personnes

Durant la dernière année du gouvernement Di Rupo, 13 900 employés ont été prépensionnés, contre 6 800 en 2017. Le nombre de prépensionnés dans le cadre d’une restructuration connaît aussi une courbe descendante, passant 2 300 en 2013, à 900 l’an passé.

Au total, on compte aujourd’hui 75 000 prépensionnés contre 120 000 en 2011.

Une conséquence politique

L’explication de ces chiffres tient principalement à la politique menée. Sous le premier ministre Elio Di Rupo (PS), il a été question de renforcer les conditions pour les retraites anticipées, ce qui a encore été poursuivi par son successeur Charles Michel (MR). A titre d’exemple, la pension de retraite anticipée régulière ne peut désormais commencer qu’à l’âge de 62 ans. Et les limites d’âge pour les exceptions ont également été augmentées.

Dans "De Morgen" toujours, le spécialiste du marché du travail à l’université de Gand Stijn Baert avance une seconde explication. "En plus de la politique, l’économie joue un rôle : il y a actuellement beaucoup de postes vacants difficiles à remplir." Il serait donc moins nécessaire de sortir les travailleurs âgés du marché du travail.