Conjoncture Ils en ont profité en Belgique ou à l’étranger. Avec des départs en avion en hausse, selon le tour-opérateur Tui.

Les vacances scolaires se terminent. Ce qui pousse les tour-opérateurs à faire un premier bilan. Ainsi, mercredi, Tui a indiqué avoir enregistré, "malgré la magnifique météo en Belgique pendant les mois de juillet et août", sourit la porte-parole, une croissance de 9 % du nombre de départs en avion depuis le début de la saison estivale, par rapport à 2017. Un vrai rush, sachant que les "départs en avion en 2017 enregistraient déjà une croissance de plus de 10 % par rapport à l’été 2016".

Sans surprise, l’Espagne a été jusqu’ici la grande favorite des vacanciers qui prenaient l’avion (un client sur 4). La Grèce est restée à la deuxième place, devant la Turquie. Et le nombre de visiteurs en Égypte a doublé en juillet et août, commente encore le voyagiste.

Plages, clubs aquatiques… et activités culturelles

Et que fait le Belge en vacances ? Selon le dernier "Travel Trends Report" de l’Association belge des tour-opérateurs établi en collaboration avec GfK, sorti fin de la semaine dernière, "la canicule a bien davantage poussé le vacancier vers les plages et les clubs aquatiques, mais elle n’a pas empêché un retour des activités culturelles : pas moins de 77 % des Belges en vacances planifient au moins une activité culturelle". Que ce soit un lieu ou un site à voir, un musée, une galerie à visiter, ou autre. Et Luc Coussement, président de l’Abto, de nuancer : "Dans le cas d’un été exceptionnellement chaud comme cette année, nous pouvons déjà voir que la canicule n’a influencé que partiellement le choix des activités." L’activité la plus populaire ? La visite d’une ville ou d’un village (62 %).

Reste que le Belge était aussi à la recherche d’eau et de rafraîchissement, évidemment : 37 % ont choisi une destination près de la plage et 32 % des endroits où il était possible de nager, d’après le rapport. Et "pas moins de 9 % ont planifié la visite d’un parc aquatique, soit 900 000 visiteurs belges".

En attendant, septembre est déjà là, avec des disponibilités accrues et des prix moindres. Cette semaine est d’ailleurs l’une des moins chères de la saison estivale, affirme Tui, qui enregistre par ailleurs déjà une hausse de 4 % des réservations de départs en avion pour la prochaine saison hivernale. Vers l’Espagne, l’Égypte ou le Cap-Vert d’abord. Le soleil, encore une fois.