Conjoncture

Le gouvernement espagnol a assuré vendredi qu'il respecterait son objectif de réduction du déficit budgétaire pour 2018, après que Bruxelles lui a demandé de transmettre au plus vite son projet de budget, retardé par la crise catalane.

"Dès que le budget définitif pour 2018 sera transmis, le déficit sera de 2,2%, c'est-à-dire que l'objectif sera respecté", a indiqué le ministère de l'Economie dans une déclaration transmise à l'AFP.

Mi-octobre, Madrid avait envoyé à la Commission européenne un plan budgétaire provisoire qui prévoyait un déficit budgétaire de 2,3% en 2018 contre 2,2% initialement prévus.

Ce document abaissait également la prévision de croissance du PIB espagnol pour 2018, à 2,3% contre 2,6% prévus auparavant, en raison principalement de l'"incertitude" liée à la crise en Catalogne.

"Dans tous les cas, l'Espagne aura un déficit public inférieur à 3% du PIB l'an prochain", assure le ministère de l'Economie, alors que l'Espagne reste avec la France le seul pays de la zone euro sous le coup d'une procédure pour déficit excessif.

Ce vendredi, la Commission européenne a envoyé vendredi à Madrid une lettre lui demandant de lui transmettre "au plus vite" son projet de budget définitif pour 2018.

L'approbation du budget espagnol a été retardée par la crise en Catalogne, mise sous tutelle vendredi par Madrid après la déclaration d'indépendance votée par le parlement régional.

Le Parti national basque, très critique de la gestion de la crise par Madrid, refuse pour l'instant d'apporter son soutien au budget 2018, alors que le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, minoritaire à l'assemblée, a absolument besoin des voix des députés basques pour faire voter son texte.

Pour 2017, le gouvernement table sur un déficit public de 3,1%.