Conjoncture Le holding public liégeois poursuit sa croissance et sa diversification.

C’était il y a un an : le groupe Meusinvest, constitué de douze sociétés et spécialisé dans le financement des PME, présentait son nouveau plan stratégique, listant ses ambitions et objectifs pour la période courant 2016-2020. Un an plus tard en ses locaux rénovés sis place Saint-Etienne à Liège, le holding public a fait notamment le point sur la réalisation en cours de ce dernier. Et tant son directeur général Gaetan Servais que celui qui préside aux destinées de son conseil d’administration, à savoir Jean-Michel Javaux, ont évoqué d’emblée un exercice 2016-2017 jugé par eux "exceptionnel".

"Dix fois plus qu’il y a dix ans"

En effet, selon les nombreux chiffres fournis ce lundi, celui-ci s’est soldé par un record "historique", à savoir des interventions dans l’économie liégeoise qui culminent à 87,6 millions d’euros, en hausse de 9,5 millions d’euros par rapport à l’exercice précédent. "Dix fois plus qu’il y a dix ans", si l’on en croit les responsables de Meusinvest, lesquels mettent également en évidence un nombre de dossiers en augmentation (179 contre 98, qu’il s’agisse de prêt, de leasing ou de participation au capital) ainsi qu’un nombre de sociétés présentes au sein de son portefeuille toujours plus important (407 dont 48 nouvelles et 26 sortantes). À ce sujet, le duo Javaux-Servais tient aussi au taux de renouvellement de ce dernier, lequel est chiffré à 15 %, et au fait que le résultat courant consolidé est positif, avec une préfiguration pour l’exercice 2016-2017 à plus de 1,5 million d’euros. Des chiffres montrant selon eux que Meusinvest, qui a investi depuis sa création en 1985 dans 650 sociétés (soit près de 1 800 dossiers représentant 700 millions d’euros d’investissement) poursuit sa croissance.

Fruit si l’on en croit ses responsables d’une forme d’"union sacrée liégeoise" censée permettre un important effet levier pour l’économie locale, le groupe entend également poursuivre sa diversification. Et ce au travers de cinq secteurs jugés clés dont l’agroalimentaire, l’industrie mécanique mais aussi le numérique et les start-ups (en comptant sur le développement de sa filiale Leansquare), les biotechs et les sciences du vivant (au travers du pole santé B2H regroupant plusieurs acteurs importants de la région), sans oublier l’immobilier.

C’est d’ailleurs l’aspect le plus innovant du nouveau plan stratégique, lequel intègre en outre une quarantaine de mesures de gouvernance issues d’un audit réalisé avant le déclenchement de l’affaire Publifin et matérialisées notamment par l’adoption d’une charte de gouvernance. En effet, via sa filiale Invest Services, Meusinvest entend être le premier invest wallon à s’inscrire dans la voie ouverte par les nouveaux fonds d’investissement immobiliers spécialisés, le but avoué étant en la matière d’accélérer le développement immobilier de la région.Bruno Boutsen