Conjoncture

Depuis novembre de l'an dernier, 45.650 bénéficiaires de revenus d'intégration ont signé un de ces "Projets individualisés d'intégration sociale" (PIIS) qui fixent quelques engagements envers le CPAS, rapportent De Tijd et L'Echo mardi. 

Un peu plus de 25% de tous les bénéficiaires ont signé un PIIS, selon la note d'orientation du ministre Denis Ducarme (MR), en charge de l'Intégration sociale, Ce contrat d'intégration était déjà depuis longtemps obligatoire pour les bénéficiaires d'un revenu d'intégration de moins de 25 ans. Depuis novembre 2016, tous les nouveaux bénéficiaires d'allocations d'intégration doivent signer un PIIS, quel que soit leur âge. Conséquence: leur nombre a doublé au cours des six premiers mois de l'année.

Le "contrat d'intégration sociale" prévoit qu'un assistant social fixe avec le bénéficiaire des objectifs pour lui permettre de retrouver du travail.

Denis Ducarme souhaite introduire une réforme afin que les bénéficiaires d'un revenu d'intégration qui acceptent un travail ne soient pas pénalisés financièrement suite à la perte de leurs allocations. Aujourd'hui, ceux qui retrouvent un travail peuvent continuer à percevoir une partie de leurs allocations en complément de leur salaire. Denis Ducarme souhaite adapter la méthode de calcul afin que ceux qui travaillent plus perçoivent également davantage en net.