Conjoncture Notre pays est particulièrement prisé par les jeunes étrangers.

Bruxelles est l’une des villes les plus cosmopolites au monde : plus d’un tiers de ses habitants n’a pas la nationalité belge. Pour beaucoup le passage dans notre pays n’est que temporaire et motivé par des raisons professionnelles (travail au sein de la Commission européenne ou auprès des milliers d’entreprises internationales notamment). Si certains ne font qu’une "pige" chez nous, d’autres y restent définitivement.

Car la Belgique a particulièrement la cote auprès des jeunes expatriés. En fait seuls les Pays-Bas sont plus appréciés parmi sept pays (Belgique, France, Pologne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Italie et Allemagne) étudiés via une enquête du groupe de réflexion Think Young et présentée par la banque BNP Paribas Fortis ce mercredi. Pas moins de 96 % des étudiants et jeunes professionnels expatriés en Belgique sont ainsi satisfaits de leur expérience dans le pays. Parmi ceux-ci, près de 60 % sont même très, voire extrêmement satisfaits.

Pour cette étude, Think Young a sondé près de 3 000 étudiants ou travailleurs âgés entre 18 et 28 ans expatriés et en grosse majorité eux-mêmes issus d’un pays européen.

Et ce n’est pas l’argent qui attire ces jeunes, puisque 10 % seulement d’entre eux pointent le salaire comme l’une des causes premières de leur envie de déménager en Belgique. "L’aspect financier est la motivation la moins importante de ces jeunes expatriés", explique Salvatore Orlando, responsable du département Expatriés chez BNP Paribas Fortis. Pour ces jeunes, le développement personnel ou professionnel et la découverte d’une autre culture passent avant l’argent. Très peu regrettent leur départ. Du côté des étudiants, 63 % estiment avoir développé leur vie sociale en Belgique et 59 % apprécient la qualité de l’enseignement. Les jeunes professionnels considèrent à 82 % que leur déménagement leur a permis de progresser dans leur carrière.

Notons que les attentats de Bruxelles en mars de l’année dernière n’auraient pas freiné l’envie de ces jeunes expatriés. "Bruxelles ne fait pas exception : la plupart des grandes villes européennes sont devenues des cibles des terroristes", nous explique une jeune Bulgare installée depuis cinq ans en Belgique.


R.Meu.