Conjoncture

Le marquage CE, qui prouve qu'un produit a été évalué et répond aux exigences européennes en matière de sécurité, de santé et de protection de l'environnement, ne constitue pas toujours une garantie de sécurité, a constaté Test-Achats en réalisant une série de tests. 

L'association de défense des consommateurs lance mardi une campagne intitulée #NotSoGoods, pour attirer l'attention sur les marquages trompeurs et réclamer la fin de ce label sur les produits. Des produits tels que des foreuses, des micro-ondes ou des sièges pour enfants dangereux portent souvent le marquage CE, note Test-Achats. Des associations sœurs en Espagne, au Portugal et en Italie ont par ailleurs découvert des défauts sur des chaudières ou des radiateurs électriques testés.

"De nombreux consommateurs considèrent le marquage CE comme une sorte de label de 'qualité' ou de 'sécurité', alors que ce n'est pas le cas", dénonce Test-Achats. "Dans de nombreux cas, le marquage CE n'est rien d'autre qu'une revendication du fabricant que son produit satisfait la réglementation européenne, sans que cela ait été confirmé par un organisme indépendant."

L'association plaide dès lors pour la suppression du marquage CE, "qui n'est pas propre à un produit ou à son emballage". "Le seul endroit pour cela est le dossier technique destiné aux autorités compétentes. De plus, quelle est l'utilité de ce marquage sur les produits ou l'emballage si tous les produits doivent être sûrs? "

Test-Achats et ses organisations sœurs ont fourni à la Commission européenne les résultats des tests réalisés et demandent à ce que celle-ci s'assure de la sécurité des produits commercialisés sur le marché européen, en réalisant notamment des tests supplémentaires.

La campagne #NotSoGoods est également lancée en parallèle pour appuyer cette demande et sensibiliser les consommateurs.