Conjoncture

Secteur maudit, secteur pourri, secteur privilégié. On trouve tout et son contraire à l’heure de commenter la situation du secteur Horeca aujourd’hui. La semaine dernière, sur la base de données partielles du service d’information et de recherche sociale (SIRS), qui dépend des ministres de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Justice, des informations faisaient état du maintien d’un très haut niveau de fraude sociale. Près de la moitié des établissements Horeca soumis à un contrôle social sont en infraction, et ce, malgré la "caisse blanche" et le succès des flexi-jobs, expliquaient ainsi nos confrères du "Standaard" et de "Gazet van Antwerpen". C’est juste : les contrôles de l’inspection sociale effectués l’an dernier ont débouché sur des infractions dans 43 % des cas, à peine un point de pourcentage en moins qu’en 2016.

Infractions en baisse

(...)