Digital

Enfants disparus, exploités ou abusés : au fil des campagnes, l’agence anversoise These Days a développé une solide expertise de com’pour Child Focus, un de ses clients au domaine d’activité particulièrement sensible.

La dernière action du duo ne déroge pas à la règle : dans une série de spots vidéos dont les titres évoquent tout de suite des contenus pédopornographiques, suivis d’images d’enfants à mille lieues de ces horreurs, These Days fait le choix, inédit, de s’adresser non pas aux victimes, aux citoyens lambda ou aux autorités, mais aux personnes atteintes de ou tentées par les paraphilies. "Espériez-vous voir autre chose (que des images d’enfants tout ce qu’il y a de plus banales) ?", demande la vidéo.

Dans la foulée, un appel est lancé et le clip suggère de contacter anonymement les experts en paraphilies du CHU de Charleroi ou son alter ego flamand. Le message est donc : faites-vous aider, réagissez, des pros peuvent vous entendre et vous accompagner. Un tel propos est rare, risqué et compliqué. Il fera surgir les avis les plus tranchés sur l’accompagnement des pédophiles. Techniquement, l’affaire est très délicate puisque ces vidéos sont publiées sur le "dark web", soit des serveurs anonymes et souterrains que fréquentent ceux qui cherchent des contenus illégaux comme la pédopornographie. Il faut les connaître, s’y inviter, les suivre. Du point de vue communicationnel, il faut réussir à toucher ce public et amorcer un contact, notamment avec ceux qui s’y rendent pour la première fois, précise Child Focus.

Lancé parallèlement à une campagne grand public dont le principe de signalement des contenus tendancieux est, lui, nettement plus classique (et déjà vu), ce volet "dark web" place Child Focus dans une posture très particulière, elle qui s’est, depuis le traumatisme de l’affaire Dutroux, construite sur une image de lutte, de défense et de protection des mineurs. Elle qui a toujours du travail dans ce registre…

La voilà donc maintenant qui tend aussi la main aux déviants (potentiels). C’est certainement un tournant dans la communication de la fondation. Et, qui sait, dans la prévention et la diminution de la pédopornographie sur le web.

Child Focus veut y croire : "Chaque fois qu’une personne aux tendances pédophiles ne passe pas à l’acte, un enfant est sauvé".