Digital Le groupe de logiciels américain se bat pour conserver la deuxième place du marché mondial des consoles de jeu.

Microsoft revient à la charge sur le marché du jeu ou plutôt de la console de jeu, avec une nouvelle machine qui sera mise sur le marché en novembre prochain, soit juste à temps pour les fêtes de fin d’année. Il s’agira, nous dit-on chez Microsoft, de la console la plus puissante jamais créée. La Xbox One X sera différente mais rétrocompatible avec les jeux créés pour la Xbox One. La puissance, elle sera nécessaire pour faire entrer les joueurs dans la dimension des nouveaux écrans télé, puisque la Xbox One X gérera les jeux en 4K. Microsoft assure que la machine permettra aux utilisateurs de bénéficier d’une meilleure expérience même sur les téléviseurs de l’ancienne génération (Full HD) grâce à une plus grande réactivité. La Xbox One X sera en outre dotée d’un lecteur 4K Ultra-HD permettant de lire les disques Blu-ray UHD et lire du contenu en streaming 4K, comme celui diffusé sur une partie du catalogue de Netflix, par exemple.

Un marché juteux mais concurrentiel

Avantage de la rétro compatibilité : les acheteurs pourront encore utiliser les jeux déjà acquis, soit 400 titres. Mais quelque 70 jeux seront optimisés pour tourner en 4K sur la nouvelle console et 42 jeux seront enfin disponibles en 4K. Les accessoires "anciens" seront également compatibles. Budget pour une console et ses accessoires de base : 499 euros, soit une bonne centaine d’euros de plus que la concurrente de Sony, la PS4 Pro (à utiliser au boulot, comme son nom l’indique).

C’est que Microsoft ne fabrique pas des consoles pour le plaisir d’aider les étudiants fragiles à rater leurs examens : il y a là un énorme marché hyperconcurrentiel. Et Microsoft a une place à défendre dans cette arène, qui se place entre le géant du secteur, Sony avec la PS4 (349 euros, selon configuration) et le challenger Nintendo qui a sorti récemment la console compacte Switch (330 euros). Le marché est complexe, parce que son rendement est fonction des sommes dépensées par les joueurs pour acheter des consoles, des sommes dépensées à acheter des jeux, le tout dépendant de la base installée.

Sony en tête des ventes

A cet égard, Microsoft communique peu en raison de la valeur stratégique des chiffres. Cela étant, les sites spécialisés en la matière évoquent des chiffres convergents. Le marché global - comprenant le matériel, les contenus et les services - a tourné autour de 37,7 milliards de dollars en 2016, selon une étude du bureau IHS Markit, soit un repli de 2,5 % d’une année sur l’autre. Dans ce total, c’est Sony qui prend la part du lion avec quelque 20 milliards de dollars de recettes, devant Microsoft qui totaliserait environ 12 milliards de dollars, et Nintendo avec 5 milliards. Le repli serait à attribuer à l’utilisation croissante des smartphones en guise de mini-consoles de jeu. On a pu constater cette tendance l’été passé lors du lancement d’une version du jeu Pokemon en version smartphone et réalité augmentée.