Digital Le startup studio bruxellois eFounders a le vent en poupe. Depuis quelques semaines, il enchaîne les annonces, que ce soit le lancement de nouveaux projets, des levées de fonds ou des premiers "exits" (début avril, eFounders a cédé TextMaster au groupe Technicis). Ce lundi, c'est Slite, jeune pousse fondée en 2016 par le Français Christophe Pasquier, qui fait parler d'elle en réalisant une première levée de fonds ("seed"). Et Slite, que certains présentent déjà comme le "Slack du contenu" (Slack est cette plateforme de communication collaborative valorisée à plus d'1 milliard de dollars), frappe fort puisqu'elle a convaincu le fonds d'investissement Index Ventures d'injecter 3,7 millions d'euros.

Outre Index Ventures (qui a investi dans des start-up belges comme Collibra, Menu Next Door et, tout récemment, Cowboy), on trouve, parmi les investisseurs, bien entendu eFounders, mais aussi Y Combinator (le célèbre accélérateur de la Silicon Valley par lequel Slite est passé au début de cette année) et des "business angels".

L'objectif de Slite est mettre la collaboration au coeur des documents internes aux entreprises. Aujourd'hui, au sein d'une même entreprise, les équipes collaborent sur leur documents internes via des outils tels que Google Docs ou Evernote. Aucun de ces outils n'a toutefois été conçu spécifiquement pour un usage en équipe, dit-on chez Slite. C'est pour résoudre les problèmes de création, d'organisation et de partage de contenu en équipe que Christophe Pasquier a décidé de lancer Slite en intégrant le startup studio de Thibaud Elzière et Quentin Nickmans (présent à la fois à Bruxelles et Paris).

“Slite est souvent comparé à Slack : de la même façon que Slack est devenu l'outil de choix pour le 'chat' en équipe, Slite est en passe de devenir la plateforme pour la collaboration sur tous les contenus des équipes. A travers sa simplicité et son design, Slite est totalement en phase avec les évolutions de travail et les encourage : le télétravail, la transparence et le travail asynchrone", détaille Christophe Pasquier. En transformant la manière dont les équipes travaillent ensemble sur leur contenu, Slite propose une expérience de travail en équipe revue et corrigée. Pour Ari Helgason, "partner" chez Index Ventures, Slite aurait le potentiel de devenir un produit de collaboration universel.

Application logicielle disponible en ligne (Software-as-a-Service), Slite a déjà convaincu plus de 3.500 utilisateurs actifs de l'utiliser en lieu et place de Google Docs et Evernote. C'est ainsi devenu l'application collaborative de prédilection de plus de 250 équipes, telles que Calendly et Disqus aux Etats Unis, mais aussi de pépites françaises comme Payfit et AB Tasty.

Cette première levée de 3,7 millions doit permettre à Slite d'affronter Google Docs en grossissant ses équipes (design, marketing, sales et tech), tant à Paris qu' à San Francisco.

Avec Slite, eFounders confirme que sa formule de "boîte qui crée d'autres boîtes" fonctionne. La recette, développée à partir de 2011, repose sur une "core team" (un groupe d'une dizaine d’experts en marketing, ressources humaines, IT, finance…) qui se met à la disposition de jeunes entrepreneurs recrutés pour développer des projets conçus au sein du studio. En sept années de fonctionnement, Thibaud Elzière et Quentin Nickmans ont lancé 13 projets. Il s'agit, à chaque fois de logiciels en mode "SaaS" destinés aux entreprises. Les treize start-up déjà en activité ont généré, à ce jour, un total de 400 emplois; elles génèrent des revenus annuels récurrents de 31 millions d’euros (en cumulé).