Digital

A San Francisco, le salon « TechCrunch Disrupt SF » fait partie des rendez-vous incontournables pour toutes les nouvelles start-up de la Silicon Valley. Chaque année, durant trois jours, elles envahissent un vaste entrepôt situé sur l’un des « pier » qui bordent la célèbre baie. Chacune vient y présenter son innovation « disruptive », avec l’espoir d’attirer l’attention de clients potentiels et de fonds d’investissement.

L’événement n’attire toutefois pas que des start-up de San Francisco et de la Valley voisine. De nombreux pays y réservent un pavillon pour mettre en valeur leurs propres jeunes pousses. Pour l’édition 2017, dont le coup d’envoi a été donné lundi, on retrouve le Brésil, la Corée, le Japon, l’Allemagne, la Tchéquie, la Grande-Bretagne… Et, au milieu, deux régions dont on parle de plus en plus sur la scène numérique européenne: la Catalogne et… Bruxelles! « C’est une première pour la Région et le BIE (Brussels Invest & Export, NdlR). Notre présence au TechCrunch de San Francisco entre pleinement dans la stratégie numérique du gouvernement bruxellois, avec le plan nexttech.brussels et la stratégie digital.brussels. L’un des axes consiste à faire rayonner l’écosystème numérique bruxellois, qui représente déjà 7,6 du PIB régional, 5 milliards d’euros de revenus, 2000 entreprises, 31000 emplois. Plus 25% des start-up belges se créent à Bruxelles. C’est un écosystème qui ne se limite plus au seul secteur de l’IT. Il touche désormais tous les secteurs (finance, santé, commerce, …). C’est important de le faire savoir à l’international et de soutenir ses acteurs», expliquait Cécile Jodogne, la secrétaire d’Etat régionale au Commerce extérieur, lors de l’inauguration du pavillon bruxellois. ​

Des pépites numériques

Quelques-uns de ces acteurs, précisément, ont fait le déplacement à San Francisco. A la fois pour être présent au « TechCrunch Disrupt SF », mais aussi pour participer, tout au long de la semaine, à une mission baptisée « Connecting Brussels with Silicon Valley ». «C’est la cinquième mission de ce type que nous organisons depuis notre installation, en avril 2012, à San Francisco, rappelle Eric Gabrys, commissaire du Brussels Investment & Export en Californie. Pour les entreprises qui y participent, c’est une expérience très inspirante dont elles peuvent retirer de précieux enseignements. Nous les aidons aussi à trouver des partenaires. On a constitué à San Francisco et dans la Silicon Valley un réseau comprenant plus de 2000 contacts business ». Cet appui aux entrepreneurs bruxellois connaîtra d’ailleurs, en fin de semaine, une concrétisation dans le chef de la la société IDklic, spécialisée dans le conseil et les outils de communication digitale, avec un accent particulier sur les pharmacies. IDKlic signera en effet un accord de partenariat avec PRN, société basée à San Francisco qui développe des solutions numériques pour les commerces de détail.

Outre IDKlic, on retrouve quelques jolies pépites dont nous aurons l’occasion de reparler. C’est le cas d’AppTweak, start-up qui a développé une plateforme d’optimisation d’applications mobiles et qui compte déjà 120 clients aux Etats-Unis, dont une trentaine à San Francisco. On épinglera aussi LuckyCycle (outil de «gamification » pour doper les ventes en ligne), Springsyple (système d’optimisation des processus recrutement), QuickLyric (application musicale développée par le benjamin de la mission, Guillaume Hachez) ou encore Wooclap (une plateforme collaborative destinée aux enseignants et formateurs qui vient de lever 350 000 euros pour accompagner son internationalisation).

MolenGeek chez Zuckerberg

Enfin, avant même de poser le premier petit orteil sur le sol américain, dimanche, la délégation bruxelloise avait fait parler d’elle à la suite du triste cafouillage des autorités américaines dans l’octroi des autorisations de se rendre aux Etats-Unis à des représentants de l’incubateur MolenGeek (lire ici). Depuis lors, nos jeunes entrepreneurs « geek » ont retrouvé le sourire et l’envie de profiter au maximum de leur semaine au pays des start-up. Lundi, ils ont même eu le privilège d’être invités au siège de Facebook, à Menlo Park.