Digital La start-up bruxelloise de marketing immobilier s’implantera bientôt à New York.

Une start-up bruxelloise qui décide de s’attaquer au marché américain (marché à la fois gigantesque et très concurrentiel), ça ne court pas les rues de notre capitale. C’est le cas de Drawbotics, "jeune pousse" fondée en 2014 par Xavier Claes et Axel Guzman, deux jeunes ingénieurs en gestion. Depuis quelques semaines, cette "place de marché" dédiée au marketing immobilier a mené quelques campagnes virales très créatives au pays de l’Oncle Sam. Elles ont manifestement suscité beaucoup d’intérêt dans les médias américains et ont permis à Drawbotics de nouer des premiers contacts avec plusieurs clients potentiels. "Nous ouvrirons un bureau à New York avant la fin de cette année", nous révèle Xavier Claes, cofondateur et CEO de 29 ans de la start-up.

Le marché américain a toujours fait partie des plans de Drawbotics. Depuis la mise en ligne de sa plateforme, en juin 2015, la société a accumulé les projets (plus de 35 000) et les clients (plus de 800). Elle fait état d’une activité dans plus de quinze pays européens (Belgique, France, Pays-Bas, Luxembourg, Suisse,…). Parmi les clients, on trouve quelques poids lourds du secteur immobilier, comme Bouygues, Century 21, BPI, Sogeprom… Autre indicateur marquant : Drawbotics emploie déjà 75 personnes (dont 65 "dessinateurs"). "C’était le moment de se lancer aux Etats-Unis", explique M.Claes. "On profite aussi d’une première levée de 500 000 euros avec Belcube (fonds d’investissement privé de Jean Zurstrassen, NdlR). Cela va nous permettre d’accélérer notre croissance, ce qui nécessite des moyens en termes de marketing."

Si Drawbotics a le vent en poupe, c’est essentiellement par sa capacité à innover sur un marché immobilier qui ne brille pas forcément par son audace. Au départ de la Belgique, la start-up a développé toute une palette de services marketing destinés aux agents immobiliers, promoteurs, architectes, décorateurs d’intérieur. "On se distingue par la qualité de nos services, la transparence et des prix compétitifs", insiste Xavier Claes. Sur la plateforme, le client peut faire son shopping parmi différents outils : plans interactifs, perspectives 3D (extérieur et intérieur), visites 3D, plans de vente, "home styling", etc. Le tout est commandé en ligne, avec devis à la clé et bons de commande. Et la concurrence ? "Il existe pas mal de studios qui font de la 3D, mais aucun n’a développé de plateformes ciblées sur les professionnels de l’immobilier."