Digital

Ce mardi, entre 19h20 et 19h42, l’action de Match Group, leader sur le marché des sites de rencontres et détenteur de Tinder, perdait 17,25 % de sa valeur sur le Nasdaq.


Une chute impressionnante en une vingtaine de minutes à peine, causée par une conférence qui prenait place au même instant à San Jose en Californie : la F8.

© Wikimedia

Une convention organisée chaque année par Facebook et durant laquelle Mark Zuckerberg met en avant les nouvelles fonctionnalités à venir et rassure ses actionnaires. Ce mardi, l’annonce majeure était le lancement d’une toute nouvelle plateforme de rencontres : «Facebook dating».

Ce service sera optionnel, mais fera partie intégrante de l’application Facebook. Le but est de proposer aux utilisateurs de créer un nouveau profil au moyen seulement de leur prénom. Ce profil supplémentaire n’apparaîtra pas dans le fil d’actualité et sera invisible aux personnes de votre liste d’amis.


Dis-moi ce que tu aimes, je te dirai qui tu aimeras


Le fonctionnement de la plateforme bouscule les codes et veut créer des rencontres sur base d’intérêts communs. Les utilisateurs se verront donc proposer des premiers rendez-vous en fonction de leurs participations à des évènements ou encore en fonction de l’adhésion à certains groupes Facebook.

Le géant du Net vient bouleverser le milieu, amène une concurrence nouvelle et vient faire trembler un service tel que Tinder qui fonctionne grâce aux informations fournies par le compte Facebook des nouveaux inscrits.

© LLB

L'application Tinder a été téléchargée plus de 100 millions de fois. Le site de rencontres Meetic, quant à lui, ne souhaite communiquer sur le nombre d'utilisateurs précis mais se présente comme un des leaders du marché.

L'annonce de ce nouveau service pourrait bien métamorphoser le réseau social au plus de 2,2 milliards d’utilisateurs qui, malgré son nombre croissant de profils actifs, doit plus que jamais séduire le grand public au lendemain du scandale de Cambridge Analytica.