Digital

Un concurrent sérieux aux systèmes de traduction gratuits en ligne dont le fameux "Google Translate" ? Après quelques tests de base, www.deepl.com serait peut-être votre futur assistant linguistique. Parce qu’il fonctionne d’une manière plus fine que ses concurrents. Il propose notamment une aide à l’édition des textes traduits en suggérant à la demande des traductions alternatives aux mots douteux. Mais surtout, le programme est basé sur l’utilisation de l’intelligence artificielle et de l’amélioration par le "deep learning", soit des algorithmes d’auto-apprentissage. Comme nous l’explique Benjamin Bayet responsable du volet francophone de la division linguistique de Deepl, "le système a été développé par un jeune Allemand, Gereon Frahling, docteur en informatique, déjà ancien de chez Google, qui a lancé il y a dix ans son propre site de traduction, Linguee.com. Le service que nous venons de lancer est accessible en ligne gratuitement pour le moment, mais son objectif est d’être inclus dans des applications contre rémunération. Lingee fonctionne sur base des recettes publicitaires". Le site de traduction est d’une grande simplicité, comme ses pairs, mais les traductions semblent plus… réalistes, moins rugueuses que celle d’autres services. Un texte de chanson des Beatles (The long and winding road… that leads to your door) ressort sous une forme presque poétique.

Un écolage pour ordinateurs

Derrière cette différence (à tester), il y a une architecture informatique à propos de laquelle Deepl.com ne tient pas à communiquer, mais qui est animée par un superordinateur installé en Islande. Il y a aussi, nous explique encore Benjamin Bayet, 10 années de travail, de liens avec des bases de données spécialisées, et des comparaisons de textes avec des traductions effectuées par des humains. On entraîne littéralement le programme pour l’améliorer. L’algorithme de traduction agit partiellement comme un humain en procédant à la traduction des mots de gauche à droite, mais en revenant en arrière pour revoir les parties de phrases de manière plus globale", assure encore ce spécialiste de la traduction. La petite entreprise située à Cologne emploie 22 personnes, dont 10 dans la recherche et développement informatique et 12 linguistes. Sept langues sont inscrites dans la base de données actuelle, appelée à s’élargir.