Digital

ENTRETIEN

Elles se prénomment Eva, Filo, Harty, Isia, Lisa, Lola, Nemeh, Sofia. Elles font toutes partie de la tribu des MiniFizz, des héroïnes virtuelles d'un jeu pour GSM pas comme les autres. Conçu et développé par l'éditeur bruxellois Flow CmM, «MiniFizz Mission» est le premier jeu d'une collection destinée principalement aux filles. Il joue sur le concept de complicité et de connivence entre la joueuse et le personnage. Lancé mi-février, le jeu a fait un démarrage en trombe. Proximus l'a bombardé sur sa plate-forme interactive, suivi de peu par Orange (Grande-Bretagne) et Turkcell (Turquie), et bientôt par d'autres, en France, Espagne, Allemagne et aux Etats-Unis. Découverte de ces nouvelles stars du «mobile gaming» en compagnie de leur créatrice, Sabine Allaeys, mi-trentaine, diplômée en arts graphiques venue de la pub.

Pourquoi avoir conçu un jeu spécifiquement orienté pour les filles?

Quand on considère les utilisateurs de GSM, on s'aperçoit que les filles sont au moins aussi nombreuses que les garçons. C'est la première fois dans l'histoire des technologies multimédia que l'on a un appareil qui devient féminin. Il est donc normal que le marché du «jeu mobile», en plein boom auprès des opérateurs, les prenne aussi en compte.

Qui sont les MiniFizz?

Ce sont des filles d'aujourd'hui qui ont des envies et des préoccupations très actuelles, sans pour autant tomber dans la caricature style look et fringues. Nous avons développé de vraies personnalités. Les MiniFizz ont un caractère bien trempé, de l'humour, de la sensualité, qui sont très éloignés des stéréotypes des jeux vidéos. J'aime beaucoup Lara Croft mais il faut reconnaître qu'elle évolue dans un univers de mec, avec combats, obstacles, violence. Rien de tout cela avec les MiniFizz. Leur réalité est semblable à notre vie quotidienne, sans monstre ou extra-terrestre à dégommer. Il y a aussi une dimension éducative avec un intérêt marqué pour les arts, les sciences... de sorte que l'on apprend toujours quelque chose. Notre vie est pleine de choses passionnantes à découvrir. Et puis, c'est amusant de se dire que quand on a grandi on a appris quelque chose sans même s'en rendre compte.

Bref, le genre de copine que les filles aimeraient avoir?

Je dirais plutôt des grandes soeurs, qui ont leur premier job, qui sont indépendantes pour la première fois, bref des jeunes femmes qui peuvent servir de modèle à des filles de 12-14 ans, le public cible. D'ailleurs, nous avons beaucoup travaillé sur les scénarios pour bâtir une histoire qui puisse évoluer en fonction du profil de l'héroïne choisie. Car si les garçons ont moins de problèmes avec la répétition, les filles ont plus de besoin de variation.

Concrètement, ça donne quoi?

«Mission» propose à la joueuse de vivre, en temps réel, une aventure de trois jours avec la Mini-Fizz de son choix. À tout moment, la joueuse peut entrer en contact avec l'héroïne. Et la MiniFizz peut envoyer des images, ou poster des messages pour faire rebondir le scénario.

Comment êtes-vous parvenue à cet univers?

À l'intuition. Avec cet avantage qu'en tant que fille, j'étais mon premier public. Je fonctionne très fort à partir de ce que je ressens. Je sais aussi ce qui me plaît, ce qui m'a plu quand j'étais plus jeune. Je profite de tous ces acquis. Sur un plan plus technique, nous avons visité des salons du «mobile gaming», pour voir ce qui se faisait, rencontrer les acteurs du secteur.

Les MiniFizz représentent-elles une percée dans un univers jeu dominé par les garçons?

C'est vrai que le milieu des concepteurs de jeux vidéo est toujours très masculin. Ce qui peut faire penser que les jeux pour filles représentent un marché de niche. C'est pourtant faux. Au Japon, où ils ont quelques années d'avance en la matière, les opérateurs télécoms tiennent les filles à l'oeil depuis un bon moment.

Et la suite?

Le deuxième jeu sortira en avril et s'appellera «MiniFizz Avenue». La joueuse devra faire en sorte que le personnage arrive l'heure à son rendez-vous en parcourant les grandes avenues de Paris, Londres, Milan, New York. Avec tout ce que cela peut supposer de rencontres, d'obstacles...

«MiniFizz Mission» est téléchargeable via SMS en envoyant le message «game Minifizz» au 2140 (en anglais: 2150) ou via le Wap sur Proximus Interactive (rubrique Chat et Jeux).

Webhttp://www.proximus-interactive.be

© La Libre Belgique 2004