Digital

Facebook a confirmé jeudi soir à la Commission européenne que les données de jusqu'à 2,7 millions de résidents de l'Union européenne pourraient avoir été transmises "illégalement" à Cambridge Analytica, a indiqué vendredi un porte-parole de l'exécutif européen, lors du point presse de mi-journée. Jusqu'à présent, les chiffres faisaient état d'un million d'utilisateurs de Facebook touchés dans l'Union européenne, sur les dizaines de millions concernés à travers le monde.

L'entreprise britannique Cambridge Analytica a récolté les données de quelque 87 millions d'utilisateurs Facebook, parmi lesquels au moins 61.000 Belges, en exploitant une faille de sécurité sur une application du réseau social. Ces données ont ensuite été utilisées à des fins politiques.

Facebook avertira à partir du 9 avril les utilisateurs ainsi spoliés dans un message privé, envoyé directement sur les comptes concernés.

La commissaire européenne Vera Jourova avait adressé la semaine dernière une lettre à l'entreprise américaine pour manifester son mécontentement. Une première réponse a été apportée par Facebook dans un courrier reçu jeudi soir à la Commission, comportant ce chiffre de 2,7 millions d'Européens potentiellement touchés.

Les contacts se poursuivent entre l'exécutif et la société américaine pour apporter les changements nécessaires.