Digital Une étude d’Email-Brokers montre que les entreprises belges font de gros progrès.

Après trois années de silence, par manque de temps, le spécialiste belge du marketing interactif et des bases de données commerciales, William Vande Wiele, a effectué, comme il le faisait auparavant, une analyse de la présence des entreprises belges sur la Toile. Une approche intéressante qui lui a permis d’isoler une série de constats. Pour le patron d’Email-Brokers, il est clair qu’en cinq ans, les entreprises belges ont fait leur nid sur la Toile : le nombre de sites d’e-commerce a en effet doublé. On en dénombre actuellement près de 47 000. Et le nombre d’entreprises wallonnes présentes a doublé voire triplé en cinq ans et représente environ 28 % du total, pour 60 % de sites flamands. Les entreprises du secteur primaire ont aussi accru leur présence et représentent maintenant 6 % de l’e-commerce belge, contre 3 % il y a 3 ans. Ceci pourrait être expliqué par les offres alternatives de produits agroalimentaires, et le succès des circuits courts.

En cinq ans, un tiers des forums et des blogs ont disparu, ce qui montre une autre tendance : les entreprises belges ont déplacé une bonne partie de leur communication vers les réseaux sociaux, plus proches de la clientèle. Un tiers des entreprises belges sont désormais actives sur les réseaux tels Facebook, LinkedIn, Twitter et, tendance récente, sur Instagram. A cet égard, note William Vande Wiele, "la Belgique est dès lors en tête au niveau européen, alors qu’en 2012, seuls 2,4 % des entreprises étaient actives sur les réseaux sociaux" . Il note aussi que la prise de conscience des entreprises les amène à mettre plus souvent à jour leurs sites. Il y a cinq ans, seuls 86 % des sites étaient mis à jour moins d’une fois par an, ce pourcentage est tombé à 58 %. Il y a encore du travail à effectuer.

Des manquements à corriger d’urgence

L’étude montre aussi des points négatifs. 79 % des sites professionnels sont purement statiques, et… 76 % de ces sites ne respectent toujours pas la législation de base en termes d’information (contacts, numéro d’entreprise, etc.). Autre constat surprenant : seuls 13 % des sites professionnels belges sont adaptés au mobile. Et, en Wallonie, trop de sites sont unilingues. L’étude d’Email-Brokers confirme aussi la prépondérance de sites "belges" assortis d’un ".be", qui sont aux mains d’entreprises étrangères, néerlandaises en tête. Enfin, à retenir : 76 % des entreprises tombées en faillite en 2016 n’étaient pas présentes en ligne. A bon entendeur…