Digital

Du 23 au 26 juin s’est tenu à Bruxelles le premier festival Experience. Le public a pu y découvrir une trentaine d’œuvres - courts métrages de fiction, d’animation ou documentaires - réalisés en réalité virtuelle (VR).

Ce nouveau mode d’expression permet de voir les films à 360°. Le spectateur est équipé d’un casque de vision, type Oculus Rift. Cette technologie, comme l’invention du cinéma il y a un siècle, est en passe de donner naissance à de nouvelles formes de langage visuel. Mais elle augure aussi de développement économique. L’événement était d’ailleurs soutenu et en partie initié par Screen Brussels, le fonds audiovisuel de la Région bruxelloise.

Pour Juan Bossicard, manager de screen.brussels et software.brussels (cluster et incubateur des entreprises technologiques bruxelloises), la VR n’est pas un simple phénomène de mode. C’est un marché porteur d’avenir, dont l’impact pourrait dépasser le seul secteur culturel. Selon Trendforce, le marché mondial de la réalité virtuelle devrait passer de quelque 6,7 milliards de dollars en 2016 à plus de 70 milliards en 2020. "On se trouve à l’intersection de plusieurs disciplines : arts graphiques, technologies numériques, audiovisuel…", note M. Bossicard.