Digital

Le ministre wallon de la Recherche, Jean-Marc Nollet, et les responsables du centre d'excellence en recherche aéronautique Cenaero ont présenté lundi matin à Gosselies (Charleroi, ici, photo d'illustration) le supercalculateur Tier 1 de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans lequel la Wallonie a investi quelque 4,3 millions d'euros. Le supercalculateur, opéré par Cenaero, est le plus puissant jamais assemblé en Fédération Wallonie-Bruxelles. D'une puissance comparable à celle de 5.000 ordinateurs "classiques" interconnectés, il est composé de 11.500 processeurs. Il va augmenter les capacités de simulation numérique déjà développées par Cenaero.

Le supercalculateur devrait pour 60% répondre aux besoins des universités, pour 30% à ceux de Cenaero et pour 10% à ceux du secteur industriel. L'accès au supercalculateur Tier 1 est en outre indispensable pour l'utilisation des infrastructures de simulation les plus puissantes au monde. Ces dernières, dites Tier 0, sont groupées en Europe au sein de l'organisation PRACE (Partnership for Advanced Computing in Europe), ont indiqué les responsables de Cenaero.

Les techniques de simulation numérique permettent d'alléger les budgets consentis pour la recherche. Pour développer un médicament par exemple , grâce à la simulation numérique, il est désormais possible de synthétiser, de caractériser et de tester une dizaine de molécules seulement, a expliqué le président du CECI (consortium des équipements de calcul intensifs), Benoit Champagne.