Digital Sébastien Lebbe a convaincu des investisseurs de doper le déploiement du service à l’international. 

La plateforme collaborative destinée aux enseignants et formateurs Wooclap, qui existe depuis début 2015, a séduit des investisseurs. Ces derniers qui suivent la start-up depuis son lancement ont mis 350 000 euros sur la table pour doper les efforts de marketing et de déploiement de la société à l’étranger. "Nous sommes rentables, mais nous avions besoin de ce support financier pour donner un coup d’accélérateur à notre entreprise", explique Sébastien Lebbe à La Libre.

Le principe de Wooclap est simple mais d’une rare efficacité. En quelques mots, la plateforme est déployée très rapidement dans des auditoires par les professeurs ou formateurs, qui peuvent poser des questions aux étudiants et recevoir leurs réponses en direct. Les étudiants peuvent répondre aux questions via SMS ou à partir de leurs smartphones. 

"Des universités ont commencé à généraliser l’utilisation de l’outil Wooclap et organisent des formations pour les enseignants. Le mode de formation change. Auparavant les profs donnaient la théorie en auditoires et laissaient les élèves passer ensuite aux exercices. Maintenant, les élèves découvrent la matière via des vidéos ou de la documentation en préparant le cours, puis répondent à des questions en auditoire, ce qui permet de vérifier immédiatement leur niveau de compréhension, et à remédier aux éventuels problèmes". Sébastien, lui-même ingénieur, est assez fier d’expliquer que des profs en Pharmacie de l’ULB ont effectué un travail sur l’utilisation de Wooclap et ont publié des résultats qui montrent une amélioration notable (de 11/10 à 13/10) des résultats de l’enseignement, à court et long termes.