Digital

Ce week-end, La Libre vous propose un supplément de 32 pages sur l'intelligence artificielle. A découvrir dans La Libre et sur LaLibre.be !


Depuis la parution de “La guerre des intelligences” aux éditions Lattès en octobre dernier, Laurent Alexandre est partout dès qu’il s’agit d’intelligence artificielle (IA). Son franc-parler et son goût des formules-chocs en font, il est vrai, un excellent client des médias. Et ça marche : avec déjà plus de 60 000 exemplaires vendus, son essai est un “best-seller”. “C’est le premier bouquin qui parle des conséquences politiques de l’IA”, dit-il pour expliquer ce succès. Le côté “non politiquement correct” et le fait de toucher à quelques tabous tenaces de la société française (ADN, QI, école, profs, inégalités,…) font le reste.

A 57 ans, ce chirurgien de formation ne semble avoir aucune limite. “Je suis un vrai libéral !”, dit cet ancien compagnon de route d’Alain Madelin qui, lors des élections présidentielles de mai 2017, s’était rallié à Emmanuel Macron.

Auteur, chroniqueur, conférencier et médecin, Laurent Alexandre est aussi multi-entrepreneur. Entretien.

Dans votre essai “La guerre des intelligences”, on balance entre fascination et inquiétude à propos de l’Intelligence Artificielle (IA). Personnellement, où vous situez-vous ? Vous rangez-vous dans la catégorie des alarmistes, comme Elon Musk et Stephen Hawking ?