Digital Dès le printemps, la plateforme WeFarmUp permettra aux agriculteurs de louer leur matériel agricole à des fermiers voisins.

L’initiative existe en France depuis trois ans et elle semble très bien fonctionner. En Wallonie, il faudra attendre le printemps 2018 pour voir débarquer WeFarmUp, la première plateforme numérique dédiée à la location de machines agricoles entre agriculteurs.

C’est la Fédération wallonne de l’agriculture (FWA) qui porte ce projet, s’inscrivant dans l’économie collaborative et solidaire. A l’instar de l’opération que la FWA avait lancée cet été en pleine sécheresse, qui mettait en rapport, sur Internet, des fermiers ayant besoin de fourrage avec ceux qui en avaient en surplus, WeFarmUp est un outil de maillage numérique, en phase avec l’évolution de la société.

Le principe est simple : les agriculteurs qui ont du matériel agricole à louer s’inscrivent sur la plateforme, en précisant le type de machines et l’endroit où ils habitent. Grâce à la géolocalisation, leurs confrères en recherche d’engins peuvent trouver ce qu’ils cherchent, à une heure de tracteur maximum de leur exploitation, soit de 30 à 35 km. Les deux parties prennent alors contact et conviennent d’un prix. "Les prix seront libres. La loi de l’offre et de la demande entraînera leur stabilisation", précise Jean Marot, conseiller à la FWA.

Tester une machine avant achat, louer un chauffeur

Le contexte économique difficile dans lequel se trouve le monde agricole depuis plusieurs années, sans compter le prix très élevé des engins agricoles, ne sont pas étrangers à la création de tels outils de coopération. "Le principe d’entraide existe déjà entre voisins. Avec la plateforme, un agriculteur qui cherche, par exemple, du matériel plus pointu pour une utilisation ponctuelle pourra le trouver. Ou alors, il pourra tester un véhicule avant un éventuel achat, voire aussi louer un chauffeur pour des machines spécifiques qui demandent une certaine expertise", explique Jean Marot.

WeFarmUp s’occupera de l’assurance, du paiement et du volet administratif. Et comme sur d’autres plateformes du même genre, les utilisateurs seront invités à rédiger un retour d’expérience, une évaluation.

Dans un premier temps, l’usage de WeFarmUp sera réservé aux fermiers wallons, mais la FWA a pris contact avec deux syndicats agricoles flamands (le Boerenbond et l’ABS), histoire de voir s’il serait possible de l’étendre à tout le pays. Si le concept fonctionne, la FWA a d’autres idées de développement d’outils collaboratifs. "Pourquoi pas des échanges de données techniques entre agriculteurs ou des échanges de parcelles entre producteurs de céréales et de pommes de terre, comme cela se fait en France", propose Jean Marot.