Digital

Qu’on évacue tout de suite l’éventuel quiproquo : on ne parle pas ici d’écrans incurvés, tels qu’on peut les trouver massivement sur les téléviseurs récents, voire même, déjà, sur certains (bords de) smartphones. Non. Il est question ici de véritables écrans pliables, à l’instar d’une feuille du journal que vous tenez entre les mains.

Le concept n’est pas neuf. Il fut sur toutes les langues au crépuscule de l’année 2013, où le smartphone avait définitivement acquis ses galons de produit de masse, et où le téléphone portable se cherchait de nouveaux form-factors. Il est vrai que malgré l’arrivée d’Internet, des apps, du tactile, du tout à l’image, le téléphone mobile reste à ce jour le rectangle rigide pourvu d’un écran qu’il fut à sa naissance dans les années 90… En 2013, donc, deux cadors de l’industrie, LG comme Samsung (Lenovo, aussi), confiaient travailler sur des prototypes de téléphones pourvus d’écrans souples, pliables. C’était l’un des buzz d’alors. Puis, l’idée s’est éteinte, confrontée aux difficultés de la production de masse.

Mais voilà que, fin 2017, le rêve de l’écran souple nous revient comme un boomerang.

L’Arlésienne du secteur pourrait en effet voir le jour au CES de Las Vegas de janvier 2018, grand-messe technologique mondiale. L’apparition furtive du modèle SM-G888N0 sur le site du constructeur, la certification Bluetooth SIG que le smartphone a récemment reçu, et les nombreuses déclarations du PDG DJ Koh : tout semble confirmer que le smartphone pliable produit en série est imminent chez Samsung. Même si la rumeur veut que le Galaxy X, qui pourrait donc être annoncé en même temps qu’un Galaxy S9 lâché dans l’arène plus tôt que l’agenda habituel, serait d’abord produit à un volume faible, de 100 000 unités. Avant de conquérir le monde ?

En tout cas, Samsung n’est pas seul sur la balle. Il ne reste que quelques détails à affiner pour que Richard Yu, CEO de Huawei, n°3 mondial, ne lance son propre modèle à écran pliable. "Nous avons un appareil en état de marche, a récemment déclaré le PDG. Notre produit n’est pas encore prêt pour la vente, mais il pourrait l’être en 2018. Il dispose de deux écrans, mais il y a toujours un léger écart entre eux et nous voulons l’éliminer."

Et si 2018 était l’année où le téléphone mobile, trente ans après sa naissance, commençait à changer d’allure ?Alexis Carantonis