Digital

A regarder son parcours, on ne peut s’empêcher de penser que Sofie Geeroms en a fait du chemin : des études de droit à Leuven, un master en droit pénal à la Sorbonne et un autre à Harvard, dans le cadre de sa thèse de doctorat; non moins de 7 boulots, dans le droit (barreau de Bruxelles), le conseil juridique international (à Lausanne) et le droit pénal (à La Haye), dans le conseil socio-économique (cabinet de Guy Verhofstadt) et la diplomatie économique et commerciale (chef de cabinet adjoint de Karel De Guch), dans les assurances et la finance (pour une boîte new-yorkaise) et dans la start-up qu’elle a elle-même créée quand la famille s’est installée à Washington DC.

Sans pour autant n’avoir eu que des jobs éphémères. Au contraire.

Sans doute parce qu’elle ne fait pas son âge (46 ans). Et qu’elle aime… cumuler : études et boulots, boulots et famille (3 enfants de 18, 15 et 13 ans), famille et politique (au sein de l’Open VLD), politique et technologies…