Digital

Une contribution de Roald Sieberath, Multi-entrepreneur, startup coach et venture partner pour LeanSquare, et Professeur invité à l'UCL et à l'UNamur.


Cher S.,

Tu m’as demandé un feedback sur ce qui manquait à la présentation que tu as faite devant notre jury la semaine dernière.

A vrai dire, il ne manque pas grand-chose. Et tu le sais sans doute : votre petite équipe est très complémentaire, et votre formation d’ingénieur de gestion transparait tout au long de la présentation. Celle-ci est structurée, claire, rassurante. Presque trop lisse.

En effet, puisque tu m’invites à la critique : malgré ces qualités, vous dégagez une impression assez “molle”, fort peu énergique. Peut-être était-ce uniquement une fatigue du jour, ou un stress ? Toujours est-il que vos slides (pourtant nickel) avaient du mal à “crever l’écran”…

Par contraste, j’ai déjà rencontré des entrepreneurs qui dégageaient une énergie véritablement contagieuse. On sent qu’ils sont prêt à tout pour assurer le succès de leur projet.

On sent qu’ils sont prêts à manger de la vache enragée jusqu’à devenir licorne !

Cette énergie n’est pas à confondre avec de l’agitation, non. Il suffit de regarder des images d’archive de Steve Jobs aux keynotes d’Apple : il reste posé, structuré, … mais il fait passer une conviction, une fierté, une énergie extraordinaire. Il veut changer le monde, il va changer le monde. Aussi simple que cela.

Il n’y a pas que ces “stars” du Startup System : on rencontre cette énergie chez des entrepreneurs bien plus modestes de l’écosystème… mais ils gardent une ambition énorme pour leur projet, et ils parviennent à la faire passer.

Comme il est extrèmement rare d’être bon sous tous les aspects, les entrepreneurs qui sont de véritable centrales énergétiques… ont aussi souvent d’autres travers : moins organisés, peut-être moins adaptés socialement. Il y a un équilibre, ou une complémentarité à chercher.

Un investisseur, en particulier aux USA, va chercher des fondateurs qui “live and breathe” leur projets, littéralement qui le vivent et le respirent, à tout moment.

Souvent, cette étincelle particulière est liée à un alignement réussi entre plusieurs paramètres : le Why (sens et finalité du projet), valeurs, aspirations, capacités… Et pourtant les équipes de fondateurs sont tellement absorbés par le produit, qu’ils passent peu de temps à discuter, et bien comprendre ces aspects pourtant clés de la motivation au projet.

Mon conseil : si vous travaillez ces aspects, que vous vous alignez sur votre “Why”, que vous y retrouvez un feu sacré, alors combinés aux autres qualités de votre projet, vous lui donnerez de bien meilleures chances de succès.

R.