Digital

Une contribution de Roald Sieberath, Multi-entrepreneur, startup coach et venture partner pour LeanSquare, et Professeur invité à l'UCL et à l'UNamur.


Cher F.,

Ton email déborde de l’impatience que tu manifestes dans ton projet de startup, et même si ça semble agacer ton épouse, tes associés, et même tes investisseurs, j’y trouve pour ma part un trait plutôt salutaire.

Si cela se manifeste d’une façon appliquée aux bons sujets, il s’agit sans doute de ce que les américains appellent “a sense of urgency”, que l’on peut traduire par “un sentiment d’urgence”, mais sans que cela rende justice à ce qui est impliqué dans l’expression d’origine.

Le “sense of urgency”, c’est un trait que l’on retrouve quasi toujours chez les grands entrepreneurs, tels que Steve Jobs, ou Elon Musk. Jamais satisfaits, jamais à se reposer sur leurs lauriers (dont on sait dans le monde des startups à quel point ils sont éphémères), ils sont animés d’une côté par une vision assez long terme du futur, et d’un autre côté, par une impatience à agir pour le faire advenir au plus tôt.

C’est un mix de sentiments un peu difficile à cerner précisément, entre la détermination, l’impatience, la propension à l’action ; mais quand on le ressent, on le sait ; et les observateurs ne s’y trompent pas, qui savent reconnaître le “feu sacré”…

Attention à des formes proches, avec lesquelles on pourrait confondre ce sentiment d’urgence : il existe aussi une forme d’impatience –proche de la frustration- mais qui n’agit pas. Ou encore une forme d’agitation, à faire mille petites choses (un site web, des cartes de visite, etc.) mais qui ne fait guère avancer la vision de fond.

John Kotter, un prof de la Harvard Business School qui a écrit un bouquin sur le “Sense of Urgency”, le définit comme :

“une combinaison de pensées, d’émotions, et de comportements. Les pensées sont : il y a de grandes opportunités par là, et de grands risques. Les émotions sont une détermination au niveau des tripes que l’on va y faire quelque chose, dès maintenant, et on y va pour gagner. Et le comportement est cette sorte d’hyper-éveil à ce qui se passe. C’est le sentiment de venir travailler chaque jour avec une volonté à faire bouger les choses là où c’est important.”

C’est en effet par ce “mix” que l’on pourrait reconnaître un authentique “sense of urgency” : une persistance de vision, une détermination, des plans d’action.

Si vous voulez un bon exemple de cela, regardez la récente présentation “roadmap” de Elon Musk pour SpaceX : il y projette un vol habité vers Mars dès 2026, là où les estimations précédentes étaient de 2030. Et il met en place les prouesses d’engineering nécessaires à rendre cela possible : atterrisage des fusées (un exploit jugé impossible il n’y a pas si longtemps), charges plus lourdes, etc.

Chez nous, trop d’entrepreneurs finissent par tomber dans un “train train” de la startup, en la développant quasi comme un boulot ordinaire.

Les futures scaleups, quant à elles, sont à chercher chez ceux qui sont animés par ce feu sacré de l’urgence.

R.