Digital

Une contribution de Roald Sieberath, Multi-entrepreneur, startup coach et venture partner pour LeanSquare, et Professeur invité à l'UCL et à l'UNamur.


Cher U..,

Nous en sommes déjà à notre troisième échange, depuis que j’ai vu ton pitch à un concours en septembre dernier.

Je salue les progrès : la vision stratégique s’affine, tu as réussi à convaincre des associés, tu as l’intérêt de plusieurs partenaires (mais aucun signé, si j’ai bien compris). Bravo jusque là.

Mais si je peux me permettre une remarque qui pourrait fâcher : où est-ce que tu avances en termes de produit ?
Avec tous ces mois qui passent, quelle est l’utilité d’une vision stratégique améliorée, si elle ne se traduit pas dans un produit plus approprié ?

Certains entrepreneurs sont tellement dans l’idée (toujours parfaite, immaculée et idéale, dans leur tête), qu’ils ont de grandes difficultés à passer à la concrétisation. Y compris celle dans un MVP (Minimum Viable Product), la version la plus simplifiée possible de leur produit, destinée à éliciter les réactions de leurs premiers usagers, et entamer une boucle de feedback.

Certains pensent sans doute que ça sera facile, « qu’il suffit » de lever cent mille euros, et puis d’engager les développeurs qui règleront ce problème technique.

Or la distance est grande, entre l’idée, et un produit qui fonctionne. Et plus grande encore peut-être, entre un produit qui fonctionne et un produit qui est recherché par les utilisateurs.

Il y a en effet là une deuxième étape du challenge : ne pas être juste une collection de fonctionnalités, mais une app facile d’usage, agréable, à laquelle l’utilisateur revient. Et une application où l’ « onboarding » (c’est-à-dire la première utilisation) aboutit à avoir un utilisateur convaincu.

En d’autres termes, une app qui a soigné sa UX (User eXperience). L’UX est devenue une discipline à part entière, dont les spécialistes s’arrachent à prix d’or. En effet, les géants du web (les fameux GAFA), nous ont habitués à des interfaces très épurées, fonctionnelles. (on se souvient aussi du rachat par Microsoft de l’app Sunrise, du belge Jeremy Le Van,… spécialiste du UX design).

Comme le chemin est long vers cette app épurée, le meilleur conseil que l’on puisse donner est de démarrer le plus tôt possible.

Les entrepreneurs débrouillards, même s’ils ne sont pas développeurs, sauront déjà assembler un « mockup », un semblant d’application, constitué d’une suite d’écrans, et qui peut déjà permettre d’obtenir du feedback.

A notre prochaine interaction donc, cher U., j’ai l’espoir de pouvoir cliquer sur les écrans de ton application (ne serait-ce que en mockup), et voir cette belle vision devenir réalité.

R.