Digital

Une contribution de Roald Sieberath, Multi-entrepreneur, startup coach et venture partner pour LeanSquare, et Professeur invité à l'UCL et à l'UNamur.

Cher T.,

Tu l’as bien compris, ta startup n’échappe pas à cet impératif de vitesse qui s’impose à peu près à tous les acteurs du secteur.

Toujours plus vite ! Itérer, corriger, proposer une nouvelle version ; boucler de plus en plus vite dans le cycle lean startup.

Dans un tel contexte, la tentation est grande de chercher des raccourcis, pour gagner du temps.

Certains sont des ficelles éprouvées, que l’on retrouve dans la trousse à outils de tout bon entrepreneur : utiliser un site Wordpress, en guise de « landing page », afin de réaliser l’ « A/B testing » de ta proposition de valeur. (si tu n’as rien compris à cette phrase, c’est qu’il faut passer un peu de temps dans un programme d’accélération, ou un startup weekend).

Ces recettes sont bien définies, pour un usage précis, il y a peu à y redire.

Certains veulent appliquer la même logique de « copier-coller » à d’autres recettes, en particulier de « growth hacking », cette science encore émergente de la croissance forcée, de l’approche marketing qui se donne le droit de passer à travers toutes les couches du produit.

Là, on devrait déjà être un peu plus nuancé, et distinguer une approche tactique (recycler des recettes… mais qui commencent à être éculées), d’une réflexion stratégique (repenser l’approche marketing, articulée à la finalité du produit, voire de l’entreprise).

Le growth hacking de qualité reste un acte créatif, pas une simple application de tactiques.

Enfin, à un niveau de granularité encore plus élevé, on est dans la stratégie globale de l’entreprise. Et là, même si la tentation est forte, il faudra se méfier encore davantage de la tentation de copier-coller.

Un entrepreneur avec de l’expérience voudra appliquer à nouveau une stratégie qui lui avait réussi il y a trois ans… sans prendre la mesure de ce qui a changé dans le marché entre temps.

Encore pire : le business angel, qui insiste au conseil d’administration pour faire appliquer les leçons de ce qui a marché dans sa carrière de 20 ans chez IBM…

De telles actions de copier-coller stratégique se rencontrent parfois, et sont souvent vouées à l’échec :

L’essence de l’entrepreneuriat reste l’adaptation. Au contexte, à l’air du temps, à la manière dont le produit est reçu.

L’oublier en cherchant un raccourci facile, c’est au contraire s’exposer au risque de perdre de précieux mois.

R.