Digital Osseyan propose un maillot destiné aux hommes, pourvu d’une précieuse poche étanche. Et met en avant une certaine éthique dans la fabrication du produit.

C’est en 2013, lors d’un voyage familial au Sénégal, que Thierry de Muelenaere, fondateur de la marque Osseyan, imagine son produit. "L’idée principale était de créer un maillot capable de solutionner un problème auquel a sans doute été confronté quiconque a un jour foulé une plage : les téléphones, clés ou autres papiers d’identité peuvent devenir incroyablement encombrants lorsque l’heure est à la baignade", sourit-il.

C’est sur ce constat que Thierry de Muelenaere a construit son projet, non sans avoir longuement travaillé pour trouver la bonne formule. "Comme beaucoup d’idées répondant à un besoin simple, la concrétisation s’est révélée plus compliquée que l’idée en tant que telle", assure-t-il. D’autant plus que "comme ancien commercial, j’ai toujours été surpris par cette tendance à augmenter la marge en profitant d’une main-d’œuvre incroyablement bon marché car délocalisée dans des pays en développement, ajoute-t-il. C’est donc avec un certain respect de l’éthique que j’ai voulu développer mon projet."

Les fournisseurs et parties prenantes dans tout le processus de création viennent ainsi de Belgique, France et Allemagne, que ce soit au niveau de la dimension stylistique du vêtement ou des rouages industriels derrière la fabrication de la poche hermétique. "Il s’agit bien de deux produits distincts que nous avons associés, pour qu’aucun détail ne soit négligé, explique Thierry de Muelenaere. Le modèle de poche est totalement inédit, car là où d’autres fabricants utilisent volontiers le velcro, nous avons privilégié un modèle à tirette, plus sûr et plus pratique, que nous avons ensuite fait breveter. L e short, quant à lui, est non seulement très esthétique mais aussi à séchage rapide notamment grâce aux propriétés du teflon que nous y incorporons." Et de poursuivre : "Ces enjeux techniques et éthiques se répercutent sur le prix-230 euros- mais il est essentiel à nos yeux de positionner ce produit comme un produit haut de gamme, sans concession".

Le produit en question est, depuis février dernier, exclusivement disponible en ligne (www.osseyan.com). Une distribution stratégique que le fondateur de la marque justifie : "La première raison est liée à la quantité d’exemplaires en stock. Les coûts de stockage étant très élevés, nous préférons injecter de l’argent dans le développement du produit plutôt que dans le stockage. De plus, cela permet d’éviter une rupture de stock, à la défaveur du client. La seconde raison est notre volonté de présenter dans le futur Osseyan dans un magasin à la hauteur du produit plutôt que dans n’importe quel retail en articles de sport. Enfin, et c’est étroitement lié au point précédent, nous voulons garder une image de haut standing afin de développer, au-delà du produit en tant que tel, une vraie marque d’accessoires et vêtements balnéaires de qualité premium."

Le maillot étanche est pour le moment uniquement réservé à la gent masculine, car c’est là que la demande était la plus vive. A plus long terme, l’ambition est de "développer la marque au Benelux, en France, en Allemagne, en Angleterre et en Espagne, notamment à travers une gamme pour enfant puis une gamme féminine, plus compliquée à élaborer pour des raisons esthétiques". "Ce sont des souhaits, plutôt que des projets concrets", nuance-t-il avant de conclure : "Nous savons que la patience et le travail seront essentiels pour atteindre nos ambitions. A nous de garder la tête froide et d’avancer sans brûler les étapes".