Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session du “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec un portrait de chaque start-up, ainsi que le feedback d'un coach professionnel (Ben Piquard, directeur de LeanSquare, ou Roald Sieberath, "venture partner" chez LeanSquare) et d’un expert de BNP Paribas Fortis (Benjamin Vasseur, conseiller Innovation Hubs - Banque des Entrepreneurs).


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".


Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".


Envie de vous inscrire?
Cliquez ici!


PORTRAIT de Bezonia

C’est une histoire qui a commencé comme dans la Silicon Valley… Deux frères et un garage. A la seule différence que l’histoire a démarré en Belgique. Et si la start-up n’a été créée formellement qu’il y a trois ans, c’est dès 2006 qu’Emmanuel Van De Poel et son frère Michaël ont eu l’idée de développer une plateforme Web capable de faire “dialoguer” entre eux différentes technologies, différents appareils et différents protocoles informatiques. Douze ans plus tard, Bezonia occupe douze personnes (dont 5 fondateurs) et a bouclé une première levée de fonds,  en décembre puis en avril, pour un total d’1 million d’euros.

“Aujourd’hui”, explique Jean-Michel Verhulst, qui a rejoint la société en mai 2017 en tant que directeur général, “les bâtiments se doivent d’être intelligents et durables. Cela se traduit dans des systèmes électriques, d’éclairage, de chauffage, de sécurité, audio et vidéo,… Chacun de ces systèmes est potentiellement intelligent et intégrable aux autres.” C’est souvent au stade de l’intégration que les choses se compliquent car, pour rendre les systèmes interopérables, il faut faire appel à des intégrateurs qui vont devoir coder des interfaces et recourir à du “hardware” qui peut s’avérer coûteux. Pour s’affranchir de ce travail de codage, Bezonia a développé un logiciel qui va “traduire et normaliser” le dialogue entre les différents systèmes intelligents d’un bâtiment ou d’un espace, tout en étant “agnostique” par rapport aux systèmes utilisés.

La solution de Bezonia est déjà utilisée par des entreprises actives dans différents domaines (l’hôtellerie, le commerce, l’événementiel, “corporate”, etc.). Une cinquantaine de licences a été vendue à ce jour. Pour 2018, l’objectif de Jean-Michel Verhulst est de se concentrer sur le Benelux. A partir de 2018, la société basée à La Hulpe partira à la conquête de la France et de l’Allemagne.


AVIS DU COACH

  • En général:

La domotique a évolué lentement depuis plus de vingt ans, avec des idiomes souvent très différents et incompatibles entre eux. C’est là que l’on peut songer à la Pierre de Rosette, cette trouvaille archéologique majeure qui a permis de mettre en concordance les langages des hiéroglyphes et le grec, et d’ouvrir la compréhension de tout le monde égyptien. Bezonia semble avoir trouvé sa “pierre”, ce langage intermédiaire qui permet l’intercommunication entre divers protocoles. Le tout avec une configuration dans le “cloud”.

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺☺

Business modèle :☺☺☺

Traction client :☺☺☺

Finançable :☺☺ ☺

  • Feedback:

La maîtrise technique acquise par Bezonia semble bluffer les professionnels. La simplicité de l’interface du produit permet même d’envisager une toute nouvelle catégorie d’intégrateurs, qui deviendront surtout des “configurateurs”. On encouragera surtout Bezonia à nouer dans les partenariats poussés avec les équipementiers. Certains ont une architecture bien datée et la solution proposée ici est pour eux une voie de modernisation, voire de salut.

AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

Jean-Michel Verhulst est venu nous présenter un produit qui ferait pâlir d’envie beaucoup de thérapeutes de couples : un “software” permettant à chaque élément d’un bâtiment de communiquer de manière simple et évolutive. Mine de rien, la proposition de Bezonia est une petite révolution dans un monde où les technologies évoluent rapidement, mais où celui qui veut profiter de ces évolutions doit payer le prix fort. Comme toujours avec les révolutions, le plus difficile est d’entamer la marche et de convaincre les acteurs de terrain. Pour y parvenir, Bezonia ciblent plusieurs maillons de la chaîne (du fabricant de “hardware” au client final, en passant par l’intégrateur). C’est une stratégie intelligente car elle démultiplie les portes d’entrée. Quoi qu’il en soit, Bezonia a convaincu des investisseurs. La récente levée de fonds a permis des engagements, gonflant l’équipe à 12 personnes et renforçant la force de frappe de la société. Reste maintenant à accélérer la commercialisation afin de pouvoir couvrir une structure de coûts fixes devenue aujourd’hui très importante.

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺☺

Business modèle : ☺☺

Traction client :☺☺☺

Finançable : ☺☺☺


    Retrouvez plus d’informations et de conseils à destination des entrepreneurs sur le blog BizCover.