Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session du “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec un portrait de chaque start-up, ainsi que le feedback d'un coach professionnel (Ben Piquard, directeur de LeanSquare, ou Roald Sieberath, "venture partner" chez LeanSquare) et d’un expert de BNP Paribas Fortis (Benjamin Vasseur, conseiller Innovation Hubs - Banque des Entrepreneurs).


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".


Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".


Envie de vous inscrire?
Cliquez ici!


PORTRAIT de CarAsap

La mobilité est source de nombreux projets innovants. Personne ne s’en plaindra quand on voit les difficultés croissantes que l’on peut rencontrer sur nos routes et, plus particulièrement, dans et autour de Bruxelles. Beaucoup de projets, mais encore relativement peu de véritables réussites à ce jour. Avec CarASAP, Jonathan Guzy (docteur en droit de l’ULB et de Berkeley) semble avoir trouvé le bon filon. Sur papier, sa solution ressemble comme deux gouttes d’eau à celle du géant Uber. CarASAP est une plateforme et une application qui permet de réserver une voiture avec chauffeur pour se rendre d’un point A vers un point B.

“Nos services et notre positionnement ne sont pas identiques, corrige le co-fondateur et CEO de ce projet lancé en 2015 . Nous répondons à des besoins bien spécifiques de façon personnalisée (le “core business” est celui des grandes entreprises, NdlR) , nous ne sommes pas dans la confrontation avec les pouvoirs publics, nous offrons un service clientèle de proximité, …” . CarASAP est donc un service légal de transport à la demande de personnes qui met en relation des utilisateurs (entreprises, mais aussi particuliers) et des chauffeurs professionnels. “Un service à la fois abordable, confortable et fiable” , insiste l’entrepreneur. Accessible actuellement sur Bruxelles, les Brabants flamand et wallon et Zaventem, CarASAP et ses “plus de 300 chauffeurs” compte plus de 100 grandes entreprises (GSK, Solvay, McKinsey, tous les gros cabinets d’avocats de Bruxelles, etc.). L’objectif, aujourd’hui, est de se développer à la fois commercialement (en “B2B”, prioritairement), techniquement (en améliorant et en créant de nouvelles fonctionnalités) et géographiquement (avec Anvers, Gand et Liège dans le viseur).


AVIS DU COACH

  • En général:

Voilà un projet et un entrepreneur que l’on affectionne : Jonathan Guzy démontre que, dans les grandes disruptions (comme celle qui touche la mobilité), on peut créer des opportunités à côté des géants. Sa start-up offre un service de voiture avec chauffeur, de grande qualité, et avec l’attention du détail qui convainc les grands comptes. Une entreprise pourra offrir l’application à ses employés (plutôt cadres et consultants) et bénéficier d’un service dédié, ainsi que d’une facturation globalisée et détaillée.

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺☺☺

Traction client :☺☺☺

Finançable :☺☺

  • Feedback:

L’application tourne, le service est en croissance, beaucoup de voyants sont au vert… Que demander de plus ? “Il n’y a plus qu’à” redoubler l’effort commercial pour convaincre de nouveaux clients, grandir, s’étendre. On aurait quasiment envie de pousser plus loin : voir si ce modèle ne pourrait pas trouver des poches de valeur à l’étranger. Un peu à l’image de Blacklane, parti de Berlin et qui a trouvé sa niche dans 250 aéroports.

AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

Inutile de préciser que le besoin de solutions de mobilité est un réel enjeu. C’est dans ce cadre que de nouveaux acteurs ont fait leur apparition et se partagent le marché sur lequel les taximen étaient (confortablement ?) assis. Avec toutes les conséquences que nous savons. A ce titre, il apparaît que les services traditionnels ne jouissaient pas (à tort ou à raison) d’une image resplendissante. Difficile, dès lors, de concurrencer une entreprise telle Uber. Il semblerait aussi que cette dernière ne dispose pas d’un capital réputation hors norme. C’est donc à ce niveau que la jeune pousse bruxelloise a une très belle carte à jouer. En effet, le marché “B2B” n’attend que cela. Il lui faut une solution efficace (technologique), fiable et de qualité. Ces conditions sont réunies et la start-up est prête à “scaler” au moyen d’un business model bien huilé. Si les vendeurs font bien leur tâche, nous aurons bientôt des nouvelles de cette prometteuse entreprise !

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle : ☺☺☺☺

Traction client :☺☺☺

Finançable : ☺☺☺☺


    Retrouvez plus d’informations et de conseils à destination des entrepreneurs sur le blog BizCover.