Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session de “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec leur portrait et les avis du coach Ben Piquard, directeur de LeanSquare, et d’experts de BNP Paribas Fortis, Marie-Cécile Van Ecke, directeur général Retail&Private Banking Bruxelles, et Marie-Noëlle Rainchon, directeur Banque des Entrepreneurs Bruxelles.


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".



Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".

Envie de vous inscrire? Cliquez ici!


PORTRAIT de CovEvent

A l’âge de 20 ans, les “sorties” entre copains (soirées, concerts, festivals,…) sont monnaie courante. Dans le meilleur des cas, on a son permis de conduire et, si les finances le permettent, un véhicule. Dans le cas contraire, le covoiturage s’avère être une excellente solution (partage des frais, réduction des polluants, moindre trafic,…). Le seul hic, ce sont souvent les modalités d’organisation. Qui va où ? A quelle heure part-on ? Combien de passagers peuvent-ils embarquer ? Pour les longs trajets, BlaBlaCar a trouvé la formule magique. Mais pour les plus petits déplacements liés à des événements ponctuels, une formule simple et efficace n’existait pas encore en Belgique.

Jean-Benoît Henry, 20 ans, étudiant en 1er master ingénieur civil en informatique (UCL), et son associé Nicolas Cognaux (ingénieur électricien) pensent avoir trouvé “la” solution. Depuis plus d’un an, ils travaillent sur le projet CovEvent, plateforme Web et mobile ciblant les jeunes de 16 à 25 ans. “Notre ambition est de devenir le Doodle du covoiturage facilitant l’accès aux événements”, résume M. Henry.

Pratiquement, les utilisateurs accèdent à une carte interactive reprenant à la fois les lieux d’événements et la géolocalisation des participants (qu’ils soient conducteurs ou passagers). Mais les véritables “payeurs” du système de mise en contact sont les organisateurs d’événements. “On a déjà pu tester l’intérêt du dispositif auprès d’organisateurs d’événements privés”, indique Jean-Benoît Henry. “Nous comptons présenter nos premiers partenariats dans le courant de ce mois de novembre.”

Une expansion européenne est prévue à partir de septembre 2017.


AVIS DU COACH

  • En général:

Jean-Benoît est un “jeune entrepreneur” qui bouge… et qui veut aider les jeunes à mieux gérer leurs déplacements. Le projet CovEvent se construit et se valide avec méthode, on sent déjà de bons réflexes entrepreneuriaux. Des tests sont menés sur des marchés “proches” que sont les soirées privées et les mariages. Et ça semble marcher, sur un premier pilote (c’est le cas de le dire) avec quelques centaines d’inscrits. Il faut sans doute mettre l’accent sur le fait que la proposition de valeur est peut-être ailleurs que dans le pur déplacement. Par exemple, le lendemain, une évaluation du chauffeur (et de sa sobriété) a un effet rassurant sur les familles, et les organisateurs. La confiance, dans ces circonstances, peut avoir un prix d’or…


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺☺☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺☺

  • Feedback:
Plutôt bien mené, le projet a malgré tout certaines zones qui gagneraient à être mieux explorées : comme la sensibilité aux prix (on a une impression de prix quasi trop raisonnables). Nous avons challengé le projet, pour le pousser assez rapidement vers davantage d’ambition. Comment avoir des revenus plus récurrents ? Comment devenir un BlaBlaCar du covoiturage événementiel, aussi à l’étranger ?


AVIS DE L'EXPERT


  • En général:

L’ idée est originale et se profile sous différents axes intéressants : sécurité routière, contrôle social, empreinte écologique et simplicité d’utilisation. Le business model tient la route et doit maintenant être développé pour passer la deuxième vitesse. La concurrence existe mais CovEvent se démarque par une offre gratuite pour les petits événements, une simplicité d’utilisation pour les utilisateurs. Tout a été ramené à l’essentiel. Le site Web est clair et intuitif. On a envie d’essayer le produit. Se faire connaître auprès des futurs utilisateurs et surtout démarcher des organisateurs d’événements sera le point crucial à développer, et ces événements ne sont pas en reste (culture, sport, musique, etc.).

La traction client est bonne, mais devra s’axer encore sur les avantages que le produit présente sans s’y perdre. Un ou deux points sont à mettre en avant pour garder une image simple auprès des futurs utilisateurs. Le projet est finançable mais la rentabilité reste encore à démontrer. Les coûts fixes semblent faibles mais les calculs de revenus semblent optimistes ou mal ciblés. Un contact avec les organisateurs de plus gros événements pourra donner une bonne idée de l’attractivité de l’offre.


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺☺

Business modèle : ☺☺☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺☺