Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session de “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec leur portrait et les avis du coach Ben Piquard, directeur de LeanSquare, et d’experts de BNP Paribas Fortis, Marie-Cécile Van Ecke, directeur général Retail&Private Banking Bruxelles, et Marie-Noëlle Rainchon, directeur Banque des Entrepreneurs Bruxelles.


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".



Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".

Envie de vous inscrire? Cliquez ici!


PORTRAIT de Cytomine

Sciences du vivant et mégadonnées (big data) se rapprochent à grande vitesse. Et si on ajoute une dose d’intelligence artificielle (IA), c’est encore mieux. On retrouve ces trois spécificités dans le projet Cytomine, spin-off de l’Université de Liège initiée en 2010 par Raphaël Marée. Au fil du temps, ce docteur en informatique spécialisé dans l’analyse d’images par “machine learning” a été rejoint par Grégoire Vincke (diplômé en sciences vétérinaires et développeur de logiciels “open source”), Renaud Hoyoux (diplômé en sciences mathématiques) et, depuis un an, Christopher Hamilton (docteur en biochimie et ex-responsable commercial chez Olympus). Ce quatuor à la fois très qualifié et complémentaire a développé une plateforme logicielle – sous licence “open source” – très novatrice dans le domaine de l’imagerie biomédicale. “Il s’agit d’images de très haute résolution. On parle de “multi” gigapixels, expliquent Grégoire Vincke et Christopher Hamilton. Cytomine permet d’organiser, explorer, partager et analyser ces images. Il suffit d’un navigateur Web et d’un login”.

Le duo présent au One Hour Challenge soutient qu’aucun de leurs concurrents ne réunit l’ensemble de ces caractéristiques (dont la dimension collaborative). L’originalité du projet tient aussi au statut de la spin-off; Cytomine est en effet une coopérative à finalité sociale. “L’un des objectifs est de rassurer la communauté scientifique, qui nous entoure, que nous resterons en mode “open source”, indiquent MM.Vincke et Hamilton, bien conscients que ce statut de SCRL-FS sera un défi pour convaincre des investisseurs classiques de prendre part à la levée de fonds – Cytomine recherche 400 000 euros – actuellement en cours de préparation.


AVIS DU COACH

  • En général:

Cytomine s’attaque à la manipulation d’images qui peuvent faire 100 GB de données. L’équipe de l’ULg a développé un outil que l’on pourrait comparer à Google Maps : on peut naviguer dans ces immenses territoires numériques mais, surtout, y ajouter des annotations collaboratives, y cerner des régions, etc. L’évolution à terme est de permettre à l’ordinateur d’apprendre d’après les modèles de pensées de l’humain (c’est le principe du “machine learning”) Issu du milieu académique, le projet est très attaché aux valeurs de l’open source et de la structure en coopérative à finalité sociale.


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺

  • Feedback:
Sur un marché aussi pointu, il est difficile d’avoir un avis en tant que non-spécialiste. On saluera déjà d’avoir choisi comme responsable des ventes quelqu’un qui est rôdé à tout ce matériel de haute précision. Le choix d’une structure en coopérative à finalité sociale complique sans doute la recherche d’investisseurs “classiques” (qui visent un return à la revente d’actions). On pourra toutefois jouer à fond la carte du “non-profit” et chercher des financements auprès de fondations, qui soutiennent les objectifs sociétaux du projet.


AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

L’application Internet de Cytomine est destinée aux scientifiques, pathologistes, professeurs d’université et étudiants. Au départ, le focus était la recherche biomédicale en cytologie et en histologie; mais celui-ci s’est étendu et s’adresse désormais à toutes les sciences ayant l’utilité de traiter des images hyperdimensionnées. L’objectif de Cytomine est clair : rendre la vie plus facile aux équipes multidisciplinaires devant traiter de telles images.

On peut comprendre la motivation des concepteurs de Cytomine de choisir le statut de coopérative à finalité sociale pour Cytomine. On ne peut toutefois s’empêcher de se demander s’il s’agit de la bonne formule, sachant que “chaque homme représente une voix” (les actions étant à 200€, avec 6 % de dividende).


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle : ☺

Traction client :☺☺☺

Finançable :☺