Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session du “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec un portrait de chaque start-up, ainsi que le feedback d'un coach professionnel (Ben Piquard, directeur de LeanSquare, ou Roald Sieberath, "venture partner" chez LeanSquare) et d’un expert de BNP Paribas Fortis (Benjamin Vasseur, conseiller Innovation Hubs - Banque des Entrepreneurs).


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".


Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".


Envie de vous inscrire?
Cliquez ici!


PORTRAIT de EducAssist

Internet et autres outils numériques bousculent toujours davantage le monde de l’éducation, lequel tente de s’y adapter tant bien que mal. EducAssist, projet de plateforme en développement depuis 2015, veut se faire se faire une place sur le segment de l’apprentissage en ligne (e-learning) et, plus spécifiquement, du soutien individualisé et de la remédiation scolaire. Porté par Sophie Deprit (traductrice) et David Desmette (développeur web), ce projet s’adresse à la fois aux écoles et aux parents d’élèves.

“Actuellement, nous collaborons avec deux établissements scolaires représentant environ 1 500 élèves et une société privée. La plateforme est utilisée à la fois pour de la remédiation, mais aussi pour faire de la pédagogie inverse” , expliquent-ils. EducAssist a développé à la fois des contenus théoriques sous forme de fiches (mathématiques, langues, conjugaison française, méthodologie,…) et des leçons en format vidéo. La plateforme est appelée à s’enrichir de nouveaux contenus au fil du temps. Sophie et David mettent en avant plusieurs atouts de leur plateforme : un coût abordable (via un abonnement compris entre 150 et 200 euros pour une année scolaire), un souci d’exhaustivité, des contenus flexibles et adaptables en fonction publics cibles, des parcours personnalisables, des abonnements par cours ou “all-in”. EducAssist propose même, si besoin, de mettre du matériel à disposition (ordinateur, valise pédagogique, installation Wifi) et d’assurer une maintenance. Pour EducAssist, les défis sont multiples.

AVIS DU COACH

  • En général:

Améliorer l’enseignement grâce à la technologie, voilà une mission qui habite Davide Desmette depuis de nombreuses années. Dans l’aventure EducAssist (où il est rejoint par Sophie Deprit), il a développé une plate-forme d’elearning à destination des écoles, et en particulier à la question de la remédiation. Ils se retrouvent donc dans un rôle proche de celui d’un éditeur : produire, au fil du temps, divers “titres” pour couvrir les matières, dans telle année. Avec un focus sur les matières “difficiles” comme les maths du premier cycle, ou le néerlandais, soutenus par des fiches, et des leçons en vidéos. Les enseignants sont soutenus par ces contenus, ainsi que par des réflexions pédagogiques et méthodologiques. Le modèle financier, avec un prix par élève est à mettre en regard du coût (énorme) de l’échec scolaire.

  • Evaluation:

Idée :☺☺

Business modèle :☺☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺ ☺☺

  • Feedback:

La démarche d’EducAssist est extrêmement louable : l’école, et nos élèves, méritent une bien meilleure prise en charge, et ce projet fait avancer les choses dans la bonne direction. Bien entendu, comme souvent dans le secteur non-marchand, il est plus délicat de trouver un business modèle où l’on s’adresse à des “clients”, “solvables”. Difficile de faire payer la FWB ou les écoles. Les parents également,… sauf s’il s’agit d’une mise en relation avec des profs privés dans une perspective de “marketplace” de remédiation.

AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

Deux projets intéressant dans l’éducation en deux semaines, cela démontre un certain intérêt sur l’évolution et l’innovation dans ce secteur qui en a sûrement grandement besoin ! En tout cas, j’en suis convaincu et j’aime beaucoup l’approche d’EducAssist que David et Sophie ont mise en place. Ils utilisent des moyens modernes pour rendre leur plate-forme attractive aux enfants au moyen de fiches dynamiques avec surtout des vidéos et un aspect “community” via leur forum entre étudiants et professeurs. C’est un réel “plus” vu que ces jeunes sont de plus en plus connectés. Leurs premiers tests de marché sont positifs et démontrent qu’il y a un énorme potentiel en terme de traction même si, comme je l’ai dit la semaine passée, rentrer dans le monde de l’enseignement n’est pas toujours aisé.

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle : ☺☺

Traction client :☺☺

Finançable : ☺


    Retrouvez plus d’informations et de conseils à destination des entrepreneurs sur le blog BizCover.