Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session du “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec un portrait de chaque start-up, ainsi que le feedback d'un coach professionnel (Ben Piquard, directeur de LeanSquare, ou Roald Sieberath, "venture partner" chez LeanSquare) et d’un expert de BNP Paribas Fortis (Benjamin Vasseur, conseiller Innovation Hubs - Banque des Entrepreneurs).


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".


Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".


Envie de vous inscrire?
Cliquez ici!


PORTRAIT de FishTripr

Plus de 125 millions, hors Chine. Si on en croit Quentin Walravens, tel est le nombre de pêcheurs sportifs recensés à travers le monde, ce qui ferait de la pêche le troisième sport le plus pratiqué en nombre d’affiliés! Un autre chiffre qui n’a pas échappé à cet ex-joueur de hockey et multi-entrepreneur bruxellois de 33 ans (il a notamment lancé et dirigé Lafourchette.be, site de réservation de restaurants repris par TripAdvisor), c’est le montant dépensé chaque année par les passionnés de pêche à parcourir le monde pour assouvir leur passion: 45 milliards de dollars!

Depuis l’année dernière, Quentin Walravens a décidé de transformer sa propre passion pour la pêche en projet entrepreneurial. “Quand je pars en vacances, j’emmène toujours deux cannes avec moi, explique-t-il. Je suis toujours à la recherche de nouvelles expériences. Mais c’est très difficile à trouver.” Voici un an, alors qu’il prépare un voyage en Patagonie, il se rend compte que c’est la croix et la bannière pour dénicher un guide local capable de l’amener sur les meilleurs “spots” de pêche à la mouche. Ce sera le point de départ de FishTripr. “Le premier objectif est de mettre de l’ordre dans toutes les offres de voyage de pêche. On a donc créé une “market place” la plus exhaustive possible. Ensuite, on veut proposer les meilleures expériences de pêche. Enfin, on veut booster le marché de la pêche récréative tout en diminuant son impact sur l’écosystème (FishTripr promeut la pêche durable à travers la No Kill Foundation, NdlR).”

Avec ses deux cofondateurs (Maxime Jean et Said Tayebi) et en s’appuyant sur quelques partenariats de référence (Pêcheur.com, TripAdvisor, Pierre & Vacances, Club Med, ...), le CEO de FishTripr a déjà référencé plus de 500 offres. Il suffit au client d’introduire ses préférences pour obtenir les offres correspondantes et la marche à suivre pour réserver le séjour. “Notre ambition, conclut cet entrepreneur-pêcheur passionné, est de devenir le leader européen du tourisme de la pêche, avec 2 000 offres de séjour et 500 réservations, d’ici la fin de 2019.”


AVIS DU COACH

  • En général:

Ce qui est intéressant avec FishTripr, ce n’est pas tant l’idée que le côté systématique et professionnel avec lequel Quentin Walravens le mène. Ancien des Red Lions, Quentin a bien “fait ses classes” d’entrepreneur en lançant La Fourchette en Belgique, et en gérant sa croissance aussi après l’acquisition par TripAdvisor. Il amène donc à son projet un côté très systématique, dans la finition du produit, la recherche de partenariats, la gestion du marketing et du “growth hacking”. Cela marche ! Les organisateurs, et autres lodges sont convaincus, déplacent leurs réservations et calendriers sur sa plate-forme.

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺☺☺

Traction client :☺☺☺

Finançable :☺☺ ☺

  • Feedback:

En tant qu’investisseur, je souhaiterais voir davantage d’entrepreneurs comme Quentin : une personnalité forte, “qui déménage”, mais aussi un vrai professionnalisme dans l’approche, et une forte culture de métriques pour piloter les paramètres de la start-up. Le modèle se construit pièce par pièce, en intégrant toujours mieux les caractéristiques. On se prend à rêver que, une fois rodée sur la pêche, cette approche s’étende à d’autres verticaux du voyage…

AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

Alors là, c’est un projet très surprenant, mais avec une personne comme Quentin Walravens, ce n’est pas étonnant... Il a une très bonne vision, son marché est bien défini et à potentiel. Le business model en place me semble bien répondre aux attentes. Le projet a donc tout pour réussir. Le défi sera sûrement de se faire connaître un maximum... Les coûts de marketing et communication peuvent parfois être important mais c’est un domaine que Quentin connaît bien. D’un point de vue financier, c’est à suivre pour la Banque.

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺☺

Business modèle : ☺☺☺

Traction client :☺☺☺

Finançable : ☺☺


    Retrouvez plus d’informations et de conseils à destination des entrepreneurs sur le blog BizCover.