Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session de “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec leur portrait et les avis du coach Ben Piquard, directeur de LeanSquare, et d’experts de BNP Paribas Fortis, Marie-Cécile Van Ecke, directeur général Retail&Private Banking Bruxelles, et Marie-Noëlle Rainchon, directeur Banque des Entrepreneurs Bruxelles.


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".



Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".

Envie de vous inscrire? Cliquez ici!


PORTRAIT de Fomo

FOMO, pour “Fear of missing out” (la peur de manquer quelque chose). Sur Google, c’est ce qui apparaîtra en premier d’une recherche. Mais, immédiatement après les inévitables liens Wikipédia, vous tomberez sur un autre FOMO. Avec, en page d’accueil de ce site en langue anglaise, ceci : “Never miss out the best of the city !”. Derrière FOMO, on trouve Jean-Philippe van den Hove, Bruxellois de 35 ans, qui gère des projets digitaux depuis une douzaine d’années pour le compte d’agences telles que ICF Mostra, Emakina ou LBi. 

“L’idée de FOMO est née en février 2016. Dans un premier temps, j’avais lancé ça comme un outil de self-branding. J’ai travaillé sur l’interface graphique avec un web designer installé à New York”, raconte ce diplômé de l’Ichec. “Mais, depuis le début de cette année, le projet a pris plus d’ampleur”. Jean-Philippe van den Hove a intégré, en février dernier, l’incubateur culturel bruxellois Creatis. FOMO Brussels – allez au moins jeter un œil pour l’esthétique graphique du site ! – se profile comme l’agenda culturel “quality” de tout ce qu’il ne faut pas manquer à, Bruxelles (concerts, expos, théâtres, soirées, etc.). Les agendas en ligne ne manquent pourtant pas… “C’est vrai, mais je ne les consulte jamais parce que la sélection est peu intéressante et pas assez ciblée. Or, j’adore sortir !”, répond l’entrepreneur. 

La particularité de FOMO – qui ambitionne de s’étendre dans d’autres villes belges et européennes – est d’être connecté aux événements culturels créés sur Facebook. Et, d’ici la fin du mois, il sera possible de recevoir un agenda personnalisé par courriel. Une application mobile est aussi en chantier.


AVIS DU COACH

  • En général:

FOMO est donc, dans le jargon américain, cette force qui vous pousse à aller à une soirée, peut-être banale, de crainte de louper quelque chose si elle s’avérait géniale. C’est aussi le nom choisi par ce service d’agenda culturel en ligne. FOMO va récupérer les dates d’événements culturels sur Facebook, les personnes y vont, et présente tout ça sur un site dynamique et moderne, pour favoriser la visibilité. En analysant les données, le site devrait pouvoir améliorer la probabilité de réservation. En facilitant l’achat de tickets, le site pourrait aussi percevoir un commissionnement.


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺☺

  • Feedback:
A priori, l’agenda culturel est déjà une catégorie bien remplie avec, par exemple, agenda.be ou quefaire.be, qui existent depuis une dizaine d’années. Mais cette ancienneté est aussi l’indice qu’il s’agit d’une catégorie qui a besoin d’être renouvelée, et c’est le propos de FOMO. Un business model basé sur un commissionnement à la vente peut sembler naturel, mais il risque de nécessiter un important volume. A côté de cela, l’expertise de FOMO peut en faire le partenaire idéal pour des organisateurs d’événements qui lui confieraient la promotion de leurs événements sur les réseaux sociaux.


AVIS DE L'EXPERT

  • En général:


La culture est un domaine tellement vaste qu’il fallait bien un moyen pour nous faciliter la vie en termes d’agenda ! C’est en passe de l’être avec fomo.be ! Lancé uniquement sur Bruxelles pour l’instant, on devine aisément la possibilité de développer le modèle dans d’autres villes belges… et du monde. Le lay-out du site est vraiment très agréable et invite à la découverte infinie de ce qui est proposé. A terme, le choix d’adopter une ligne éditoriale se posera très probablement. D’ici là, pouvoir commander les tickets directement via FOMO serait un plus indéniable. Le volet financier n’a pas été une priorité jusqu’ici, ce que nous pouvons comprendre. Il sera fonction de l’orientation que donnera cet entrepreneur freelance dynamique à son projet.

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺☺☺

Business modèle : ☺☺☺

Traction client :☺☺☺☺☺

Finançable :☺☺