Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session de “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec leur portrait et les avis du coach Ben Piquard, directeur de LeanSquare, et d’experts de BNP Paribas Fortis, Marie-Cécile Van Ecke, directeur général Retail&Private Banking Bruxelles, et Marie-Noëlle Rainchon, directeur Banque des Entrepreneurs Bruxelles.


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".



Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".

Envie de vous inscrire? Cliquez ici!


PORTRAIT de Kappsul

Promouvoir l’innovation et l’entrepreneuriat à travers la commercialisation en ligne d’objets innovants fabriqués par des inventeurs, designers, artisans, …, en assurant une livraison aux domiciles des clients. Telle est l’ambition de Kappsul, projet initié très récemment par Syrbain Cellier et deux de ses camarades croisés sur les bancs de Sciences Po à l’ULB. Trois “geeks” passionnés – le nom de la plateforme est inspiré des capsules de la série “Dragon Ball Z” – qui veulent venir en aide aux inventeurs d’objets, uniques et inédits, en les accompagnant dans le processus complexe de la mise en valeur et, in fine, de la vente de ces objets auprès du grand public. “Notre mission est de faire rayonner ces objets innovants. Ils fabriquent, nous vendons !”, résume Syrbain Cellier, originaire de Montpellier.

Kappsul, qui est à la fois une plateforme d’e-commerce et une application mobile, offre déjà une quarantaine de produits à la vente. Deux à trois produits s’ajoutent chaque semaine. La start-up ne veut toutefois pas se limiter à être une “marketplace” de plus. Le business s’articule autour de trois axes : la vente en ligne de produits innovants (répartis en différentes catégories : tech, design, mode et accessoires, etc.), le rôle d’agence (accompagnement des inventeurs) et le “B2B” (achat de produits et placement dans des points de vente physiques).

“Nos concurrents (Bisly, Noova, Amazon Launchpad, …) ne font que la marketplace. Nous pensons que ça ne suffit pas. Le défi va être de créer de la confiance auprès des clients tout en étant soutenu par nos partenaires (fabricants de produits)”, souligne M.Cellier.


AVIS DU COACH

  • En général:

Voilà un porteur de projet qui a bien perçu la tendance des objets créatifs qui fleurissent sur les sites de crowdfunding comme Kickstarter : un mini-équipement de plongée gonflable à la main, un accessoire qui rend tactile tout écran, etc. Et qui a bien compris certaines limites du système (problèmes de disponibilité, de délai de livraison,…) et y répond en faisant sa propre boutique dédiée. A la fois par un site e-commerce et par la diffusion en magasins physiques. A côté de cela, une offre de service, en mode agence, veut résoudre certains challenges de ces créateurs d’objets (promotion, diffusion, conseil,…), mais également de véritables épines (comme la gestion d’un service après-vente et de réparation).


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺☺

  • Feedback:
C’est un projet séduisant, mais qui s’attaque, simultanément, à beaucoup de chantiers différents. Il est difficile d’être bon dans plusieurs métiers (vendeur, agence, distributeur, service après-vente) et avec une gamme de produits qui va du design au gadget. On conseillerait de phaser davantage, de se focaliser initialement sur un métier où on peut l’emporter à coup sûr. Le porteur devrait également valider une série d’hypothèses sur le fonctionnement de la distribution (physique et e-commerce), au risque de devoir l’apprendre “sur le tas”.


AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

Kappsul se présente comme une plateforme de vente en ligne d’objets fabriqués par des inventeurs et designers innovants. Pour se différencier de ses concurrents, Kappsul cible des inventions uniques. L’objectif est de se faire connaître par les artisans et de conclure avec eux des partenariats. En attendant que la plateforme en ligne décolle, Kappsul va aussi vendre les objets dans des magasins de design. Il nous semble que les concepteurs de la plateforme devraient essayer de faire davantage de tests afin d’identifier les partenaires aptes à faire décoller leur plateforme. S’entourer d’un spécialiste en e-commerce serait un “must”, faute de quoi la rentabilité ne viendra pas de la plateforme et on se trouvera alors plus dans du commerce classique d’objets de design.


  • Evaluation:

Idée :☺☺

Business modèle : ☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺