Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session du “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec un portrait de chaque start-up, ainsi que le feedback d'un coach professionnel (Ben Piquard, directeur de LeanSquare, ou Roald Sieberath, "venture partner" chez LeanSquare) et d’un expert de BNP Paribas Fortis (Benjamin Vasseur, conseiller Innovation Hubs - Banque des Entrepreneurs).


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".


Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".


Envie de vous inscrire?
Cliquez ici!


PORTRAIT de Knock Knock Prod

Lancer une “boîte de com” quand on a 25 ans, il faut oser ! D’abord, le secteur ne manque pas d’acteurs. On frôle même l’embouteillage. D’autre part, sans “book” sous le bras, démarcher les clients n’est pas une mince affaire. Ces deux arguments n’ont nullement dissuadé Sarah Lenoir et Laetitia Tintinaglia, deux jeunes diplômées en communication sociale et culturelle (Ihecs), de se lancer. Mais pas à l’aveugle. Elles ont choisi une niche bien précise : les entrepreneurs sociaux qui cherchent, en lançant leur projet, à répondre à un défi socioculturel, économique et/ou écologique. Ces entrepreneurs ne sont pas toujours très prompts à communiquer sur leurs projets.

“Ils craignent souvent, en communiquant, de se vendre, de trahir les valeurs qu’ils souhaitent porter”, constatent-elles. Leur volonté est, au contraire, de faire connaître ces entrepreneurs “alternatifs” en leur offrant de la visibilité dans les médias, qui restent d’excellents moyens pour découvrir, adhérer et prendre part à leurs projets. Knock Knock Prod, l’agence que Sarah et Laetitia ont lancée voici neuf mois, à Bruxelles, fait appel à des outils de communication tels que la photo, la vidéo, les sites Web et le graphisme pour mettre en valeur des “projets locaux alternatifs, innovants, positifs, durables.” Installée au sein de la structure entrepreneuriale durable et responsable “Village Partenaire” à Saint-Gilles, la jeune agence a déjà noué une vingtaine de collaborations : épicerie sans déchets, meubles durables, fédération de cinéastes européens, etc. “Il y a une grande diversité dans ces collaborations. Mais avec un fil rouge : ce sont à chaque fois des projets engagés.” L’aventure n’en est qu’à ses débuts. Mais l’ambition est clairement affichée par les deux entrepreneuses bruxelloises : faire de Knock Knock Prod l’agence de référence, à Bruxelles et au-delà, dans la communication durable.


AVIS DU COACH

  • En général:

Beaucoup de fraîcheur dans ce projet. Ces deux jeunes femmes peuvent mettre leur maîtrise des outils audiovisuels et de la communication sociale au service de projets ancrés, surtout, dans l’associatif. On sent l’alignement entre valeurs et objectifs. L’activité progresse et se développe de façon organique, au gré des rencontres, du networking, des opportunités qui résonnent avec leur vision et leur mission. Ça sent la qualité et le travail “cousu main”, fait avec passion (mais peut-être pas toujours vendu au prix qu’il mériterait…).

  • Evaluation:

Idée :☺☺

Business modèle :☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺

  • Feedback:

Un projet “Millennial” typique, qui marche à l’enthousiasme, aux valeurs. Pour rencontrer le succès qu’il mérite, on veillerait sans doute à systématiser certaines choses pour gagner en efficacité, en rapidité : des “packages” pour rencontrer davantage de demandes, sans devoir entrer dans de longs processus d’offres ou de négociations. Ou encore des partenariats avec l’un ou l’autre gros prescripteur qui pourrait renvoyer l’offre de Knock Knock Prod vers des dizaines de clients à la fois. Un projet que l’on a envie de voir grandir !

AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

Fraîcheur. Marketing. Niche. Digital. Voici résumé l’essence de ce projet qui revisite pourtant un classique. De fait, les agences/consultants en communication pour PME se ressemblent et on ne comprend pas toujours leur plus-value. Certains charlatans profitent de la méconnaissance d’indépendants vis-à-vis du digital pour leur vendre des solutions sans le moindre intérêt ou résultat. Ici, nous sommes aux antipodes de pareilles pratiques. L’idée est d’attaquer un marché qui n’est pas grand, mais en relative expansion : les projets durables/responsables. Avec un peu de persévérance, un “book” qui s’alimente et beaucoup de bouche-à-oreille, le succès ne sera pas loin. Et pour faire face aux besoins de liquidités, rien de tel qu’un crowdfunding qui permettra de faire parler de soi et de financer, par exemple, l’achat de matériel.

  • Evaluation:

Idée :☺☺

Business modèle : ☺

Traction client :☺☺

Finançable : ☺☺


    Retrouvez plus d’informations et de conseils à destination des entrepreneurs sur le blog BizCover.