Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session du “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec un portrait de chaque start-up, ainsi que le feedback d'un coach professionnel (Ben Piquard, directeur de LeanSquare, ou Roald Sieberath, "venture partner" chez LeanSquare) et d’un expert de BNP Paribas Fortis (Benjamin Vasseur, conseiller Innovation Hubs - Banque des Entrepreneurs).


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".



Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".

Envie de vous inscrire? Cliquez ici!


PORTRAIT de Kristopher Syska

Kristopher Syska est tombé dans la marmite de l’informatique à un âge où beaucoup d’entre nous ne savaient pas encore manier une souris ! Aujourd’hui âgé de 20 ans, ce “geek” originaire de la région montoise a quitté les bancs de l’école voici déjà cinq ans. Depuis lors, il a créé plusieurs sites Internet et applications mobiles, “mais sans être vraiment satisfait par mon implication.” 

Sa passion de l’informatique et des réseaux, Kristopher souhaite désormais la mettre au service des personnes les plus précarisées de sa région (SDF, personnes âgées, réfugiés…). “J’ai rencontré des acteurs de terrain venant en aide à ces personnes”, raconte-t-il. “Ce qui m’a frappé, c’est l’absence de collaboration entre tous ces acteurs du monde associatif. Tout le monde se marche sur les pieds. Par ailleurs, ils sont souvent méconnus au sein de la population.” L’idée de développer une application mobile, qui centraliserait toutes les informations relevées par ces acteurs de terrain, a germé dans l’esprit du jeune entrepreneur. “L’application centraliserait les urgences et les redirigerait vers les associations ou services à même d’apporter une solution.” Il livre le cas concret de personnes âgées isolées qui ont un besoin urgent de médicaments mais ne peuvent pas se déplacer. 

L’app, en cours de développement, permettrait non seulement de le faire savoir mais aussi d’accéder à une base de données (pour vérifier la disponibilité des médicaments demandés) et à une pharmacie solidaire. Kristopher Syska, qui travaille seul jusqu’ici, espère pouvoir tester son application dans les mois à venir, avant de la déployer plus largement. Il lui faut aussi définir un business modèle. Subsides ? Dons ? Financement participatif ? La question reste ouverte à ce stade.


AVIS DU COACH

  • En général:
Voilà un projet, porté par un jeune entrepreneur, qui veut s’attaquer à une problématique récurrente de coordination dans le secteur associatif. Souvent, des besoins sont exprimés ou perçus à un endroit et pourraient être remplis par d’autres acteurs. On imagine donc une application d’appel à l’aide qui permettrait à diverses demandes de rencontrer des gens disposés à y répondre. C’est tout le secteur non-marchand qui pourrait gagner en efficacité.


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺

Traction client :☺

Finançable :☺☺

  • Feedback:
Au-delà des intentions généreuses, il n’est pas évident de trouver un business modèle à une telle application, à moins de trouver une fondation ou un acteur philanthropique prêt à la financer. Attention également au “diable dans les détails” : l’idée a l’élégance de sa simplicité, mais il faut prêter une grande attention aux besoins du terrain. Le mieux est sans doute de démarrer par un seul besoin précis, limité à deux ou trois acteurs, valider, et puis élargir.


AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

  • J’apprécie beaucoup l’esprit entrepreneurial qui habite Kristopher depuis son plus jeune âge ! Sa volonté de mettre ses compétences au service de “tous” en voulant trouver un moyen de maximiser les ressources et les services disponibles pour aider ceux qui en ont besoin, chapeau ! Cependant, attention à ne pas partir dans tous les sens. Son idée est bonne, mais il doit choisir un domaine en particulier. A l’heure actuelle, je lui conseillerais de développer un axe bien particulier et d’y aller à fond. Du coup, point de vue financement bancaire, clairement aujourd’hui, je ne peux pas dire si, oui ou non, c’est envisageable. Il faudra développer son projet un peu plus pour le savoir. Mais, vu l’objectif social poursuivi, je pense qu’il pourrait envisager la sollicitation de subsides.


    • Evaluation:

    Idée :☺☺☺

    Business modèle : ☺☺

    Traction client :☺☺

    Finançable :☺