Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session de “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec leur portrait et les avis du coach Ben Piquard, directeur de LeanSquare, et d’experts de BNP Paribas Fortis, Marie-Cécile Van Ecke, directeur général Retail&Private Banking Bruxelles, et Marie-Noëlle Rainchon, directeur Banque des Entrepreneurs Bruxelles.


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".



Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".

Envie de vous inscrire? Cliquez ici!


PORTRAIT de LetsGoCity

Ils se connaissent depuis le collège. Gilles de Stexhe avait opté pour l’informatique de gestion; son comparse, Pierre Labalue, avait entamé des études de médecine. Point commun de ces deux Liégeois : ils n’ont pas été au bout de leur cursus. “En octobre 2015, racontent-ils, on s’est lancé dans le développement d’un outil numérique capable de se connecter à des bases de données publiques”. Le duo n’est évidemment pas le premier à se positionner sur ce marché. De nombreuses applications locales existent, mais elles ont souvent le défaut de ne pas être “interopérables” en fonction des déplacements de leurs utilisateurs.

Surfant sur la vague montante des “villes intelligentes”, Gilles et Pierre ambitionnent alors de réconcilier tous les acteurs locaux – villes et communes, essentiellement – autour d’un concept attractif. “LetsGoCity veut devenir le compagnon intelligent du citoyen, en créant une plateforme participative et en intégrant des micro-services locaux, à la fois sur un site et une application mobile”. Le modus operandi ? L’utilisateur télécharge l’application et compose son propre menu de micro-services (transports publics, agendas, services communaux, cinémas, etc.).

LetsGoCity a bénéficié d’une première levée de fonds de 300 000 euros auprès de NRB et L’Avenir. Une deuxième levée est en bonne voie. La start-up vient de décrocher un “Smart City Award Agoria” pour son projet mené avec la commune d’Houffalize. “Pour 2017, notre objectif est de convaincre 8 villes ou communes wallonnes d’adopter LetsGoCity”. Go, go !


AVIS DU COACH

  • En général:

Passés par le VentureLab et LeanSquare, à Liège, Pierre et Gilles ont eu l’occasion de l’un ou l’autre pivot, ou refonte, de leur projet tout en gardant l’essentiel : permettre au citoyen d’être en contact avec l’info communale, associative, commerciale,… Plus récemment, leur aventure est passée à un autre niveau avec l’implication de NRB, facteur de crédibilité auprès de villes et communes wallonnes. Une nouvelle version de l’application sortira bientôt, avec une architecture plus ouverte, qui permettra d’interfacer et de connecter des sources existantes plutôt que de vouloir tout englober de façon monolithique.


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺☺

  • Feedback:

LetsGoCity développe quelque chose dont on se dit que ça va forcément finir par arriver dans la poche de la majorité des citoyens. Arriver avec le bon “mix” de fonctionnalités, dans le bon timing, est une des difficultés d’un projet de ce type. La vague grandissante des “smart cities” devrait épauler cela. Au-delà des communes à convaincre, c’est l’usage effectif par le citoyen qu’il s’agira de tenir à l’œil.



AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

L’idée est pragmatique sans être révolutionnaire : offrir une meilleure expérience aux utilisateurs dans leur ville grâce à une application mobile que chaque citoyen peut personnaliser en fonction des informations qui le concernent. Les concepteurs espèrent fidéliser leurs utilisateurs grâce à une expérience “user friendly”. Tout repose sur l’audience et, comme toute app, il faudra voir l’utilisation et pas uniquement le nombre de téléchargements.

Certains utilisateurs apprécieront certainement le regroupement d’information pouvant être personnalisées, mais changer les habitudes pour devenir une source d’information ne se fera pas aussi facilement face aux puissants moteurs de recherche. Le business plan qui nous est montré se veut raisonnablement ambitieux, d’après son concepteur.

Pour l’instant, le soutien financier vient de deux partenaires qui permettent le développement actuel du concept. Plusieurs challenges, tels que la vente de micro-services et l’optimalisation des coûts, permettront de voir comment LetsGoCity peut se financer et démontrer les projections financières présentées. A côté du renforcement de l’équipe et du développement de micro-services, faire adopter l’app durablement par ses utilisateurs sera le grand challenge de l’équipe.


  • Evaluation:

Idée :☺☺

Business modèle : ☺☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺☺