Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session de “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec leur portrait et les avis du coach Ben Piquard, directeur de LeanSquare, et d’experts de BNP Paribas Fortis, Marie-Cécile Van Ecke, directeur général Retail&Private Banking Bruxelles, et Marie-Noëlle Rainchon, directeur Banque des Entrepreneurs Bruxelles.


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".



Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".

Envie de vous inscrire? Cliquez ici!


PORTRAIT de Preesale

Preesale fait incontestablement partie de ces start-up qui n’ont aucune difficulté à séduire l’observateur neutre. Cette attractivité tient sans doute beaucoup à la personnalité de Geoffroy Simon, jeune trentenaire autodidacte ayant déjà initié plusieurs projets entrepreneuriaux (comme Getyoo et TagTagCity). Avec Preesale, plateforme de “ticketing” innovante centrée sur les événements Facebook (au nombre de 48 millions par an !), M. Simon a probablement mis le doigt sur un projet doté d’un énorme potentiel de croissance. A tel point que la start-up, incubée chez LeanSquare, a été le seul projet européen sélectionné parmi 1 000 candidatures pour prendre part, l’automne dernier, à un programme de coaching de trois mois au sein de l’accélérateur TechStars d’Atlanta (lire à ce propos notre article du 10/12/2016).

“Avec Preesale, nous faisons le pari qu’en combinant onze technologies existantes, nous pouvons aider les organisateurs d’événements à vendre davantage de clients”, indique Geoffroy Simon. Les atouts de cette solution intégrée à Facebook ? C’est la seule plateforme belge qui ne nécessite pas de “Digipass” pour opérer un paiement (grâce à Stripe); l’organisateur peut vendre des produits et services liés à l’événement en temps réel; et l’argent du “ticketing” passe directement de l’acheteur à l’organisateur.

Résultat : Preesale permet un taux de conversion de l’ordre de 25 %, soit trois fois plus élevé que les solutions du type Eventbrite ou Ticketmaster. En ligne depuis mars 2016, Preesale ambitionne d’atteindre les 500 000 euros de tickets vendus d’ici le mois prochain, ce qui permettrait à la start-up d’être break-even.


AVIS DU COACH

  • En général:

Vous êtes organisateur d’une fête de quartier, d’un concert de jazz, d’un cours de salsa ? Quel est, selon vous, le meilleur canal de communication et de recrutement en 2017 ? Vous y êtes… Facebook est devenu le principal moyen pour faire connaître un événement. Une page, un événement, quelques amis, les amis des amis, un peu de pubs pour encore donner un coup de boost et… un autre outil (Eventbrite ou d’autres) pour organiser la vente des tickets et le suivi des inscriptions. Un peu dommage, non ? Sachant qu’en outre, ces outils de ticketing “hors FB” paient les organisateurs après l’événement et prennent une commission sur les ventes… Preesale s’attaque à cette problématique et propose un ticketing “dans Facebook” qui paie directement les organisateurs.


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺☺☺

Business modèle :☺☺☺

Traction client :☺☺☺☺

Finançable :☺☺☺☺

  • Feedback:
C’est un “top” projet, de classe et potentiel mondial… Il faut donc aller vite, intelligemment et, surtout, être focus sur un objectif : un business modèle clair, répétable et qui va “scaler” (définition de Steve Blank de ce qu’est une start-up). Clairement, le temps est le facteur de risque. Il faut aller à l’essentiel : trouver un moyen d’automatiser la prospection des organisateurs d’événements. Avec un coût d’acquisition client réduit, le projet a le potentiel d’être une “success story”.


AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

Le système de ticketing présenté par Preesale présente des avantages notoires par rapport à ses concurrents. Geoffroy Simon arrive à captiver lorsqu’il parle des différentes opportunités offertes par Preesale. Le discours est clair, précis et convaincant ! La cible est nouvelle (événements Facebook), la valeur ajoutée provient des possibilités d’utilisation des “data” et des opportunités offertes en termes de vente d’extras lors des “events”.

Les clients testés jusqu’ici sont entièrement satisfaits. L’entreprise fonctionne sur le principe classique de marge fixe par ticket vendu. Le break-even n’est pas encore atteint, mais Preesale a une idée bien précise sur le moyen d’atteindre ses objectifs : attaquer des événements fortement “pré-screenés” afin de toucher les clients qui seraient sensibles aux opportunités offertes par Preesale. Reste à trouver la perle rare pour mener à bien cette mission de marketing digital, essentielle à la réussite de l’entreprise.

Le défi sera d’attaquer des événements à forte popularité et démontrer la réussite du produit; ces futurs “good stories” attireront d’autres clients et ne pourront que rassurer les investisseurs et les institutions financières.


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺☺

Business modèle : ☺☺☺

Traction client :☺☺☺

Finançable :☺☺