Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session du “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec un portrait de chaque start-up, ainsi que le feedback d'un coach professionnel (Ben Piquard, directeur de LeanSquare, ou Roald Sieberath, "venture partner" chez LeanSquare) et d’un expert de BNP Paribas Fortis (Benjamin Vasseur, conseiller Innovation Hubs - Banque des Entrepreneurs).


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".


Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".


Envie de vous inscrire?
Cliquez ici!


PORTRAIT de Stylicist

“Je n’ai vraiment rien à me mettre ce matin !” On imagine la scène sans trop de peine. Face à sa garde-robe, Madame (ou Monsieur, d’ailleurs !) ne sait pas comment s’habiller… Partant de ce constat, couplé au temps de plus en plus important passé par Madame et Monsieur sur leur smartphone (de l’ordre de 4 heures par jour !) et de la montée en puissance de l’e-commerce, Grégoire de Hemptinne s’est lancé dans le développement d’un “smart assistant”. Connu d’abord sous le nom de Vesti’R (M. de Hemptinne a participé au programme Nest’Up en 2015), le projet a été relancé en octobre 2017 sous l’appellation Stylicist.

Ingénieur en informatique ayant déjà pas mal d’expérience dans le numérique, M. de Hemptinne s’est entouré d’une consultante en image, d’un “business developer” et d’un spécialiste en IA (Intelligence artificielle) pour construire une application mobile intégrant un moteur de recommandation d’assortiment de vêtements ! “L’application va gérer la garde-robe des utilisateurs en planifiant leurs tenues au quotidien et en recommandant des assortiments” , explique Grégoire de Hemptinne. Mais Stylicist s’aventure aussi sur le terrain de l’e-shopping. L’application est en effet ouverte à des e-shoppers (moyennant un abonnement mensuel). Stylcist s’est déjà “affilié” à Amazon et discute de partenariats avec Zalando et Vente Privée. “C’est un marché important. Pour les e-shoppers, une application comme la nôtre permet de mieux cibler les besoins des clients et de faire du “cross-selling” entre marques de vêtements.” L’application Stylicist, opérationnelle depuis quelques semaines, n’est évidemment pas la première à débarquer sur ce marché. Pour tenter de s’y faire une place, une première levée de fonds de 300 000 euros serait imminente, avec l’objectif de viser en priorité la Belgique, la France et l’Espagne. En fonction du résultat, une deuxième levée serait opérée à la fin de 2018.


AVIS DU COACH

  • En général:

Les constats de départ de Grégoire de Hemptinne sonnent plutôt juste : une industrie de la mode qui doit se réinventer, face à des “millennials” branchés à leurs smartphones. Dans ce contexte, Stylicist est une application qui fait appel à de l’intelligence artificielle pour choisir, coordonner votre garde-robe, en intégrant vos achats, vos envies, vos éléments de style propre. Une proposition de valeur qui vient jouer au recommandeur entre tous les acteurs, depuis Zalando jusqu’au magasin de mode classique.

  • Evaluation:

Idée :☺☺

Business modèle :☺☺

Traction client :☺

Finançable :☺☺

  • Feedback:

Sur papier, Stylicist a beaucoup de sens. Le test ultime réside toutefois dans les mains du public : le “product-market fit” a-t-il lieu, en rencontrant un besoin réel et des utilisateurs ? Est-ce un “must have” ou un “nice to have” ? Les premiers chiffres sont encourageants, mais encore un peu trop timides pour se dire que ça prend. Plutôt que de vouloir cumuler toutes les “features”, on recommanderait quasiment d’en enlever pour trouver celle qui fait mouche et permet de viraliser.

AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

Ce n’est pas la première fois qu’une équipe développe une application en lien avec l’habillement. Nous aurons compris que le marché est en demande. Dans le cas présent, c’est la technologie qui primera. L’équipe comptant deux spécialistes d’IA, il est fort probable qu’un procédé original soit mis en place. Le plus important, à mon sens, sera de vérifier l’attrait de la cible pour la solution imaginée. Etant donné le développement de la concurrence dans le domaine, il faudra rivaliser d’ingénuité pour être le plus “user friendly” et “stylé” afin de faire de l’acquisition d’utilisateurs. Acquisition qui devrait être un prérequis pour prouver les prémices annoncées. Il est beaucoup trop tôt pour qu’une banque se prononce sur la finançabilité de ce projet.

  • Evaluation:

Idée :☺☺

Business modèle : ☺

Traction client :☺☺

Finançable : ☺☺


    Retrouvez plus d’informations et de conseils à destination des entrepreneurs sur le blog BizCover.