Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session du “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec un portrait de chaque start-up, ainsi que le feedback d'un coach professionnel (Ben Piquard, directeur de LeanSquare, ou Roald Sieberath, "venture partner" chez LeanSquare) et d’un expert de BNP Paribas Fortis (Benjamin Vasseur, conseiller Innovation Hubs - Banque des Entrepreneurs).


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".


Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".


Envie de vous inscrire?
Cliquez ici!


PORTRAIT de Tartinette.be

Se lever, se préparer, petit-déjeuner… Et ne pas oublier le pique-nique des enfants ! Cela vous parle ? Préparer les tartines de votre enfant, cinq jours par semaine, vous pèse ? L’école ne sert pas de repas chauds ? Ou ils n’aiment pas ça ? C’est, à peu de chose près, ce qui a conduit François Vandenbroucke à lancer le projet Tartinette.be à l’automne dernier après avoir passé une quinzaine d’années dans de grosses entreprises internationales comme “product manager”.

“Je suis le père de quatre filles et aucune d’elles n’aime le dîner chaud de l’école. Donc, tous les soirs, je prépare des tartines pour leur repas de midi du lendemain” , raconte ce Bruxellois de 41 ans. Après avoir mené une petite enquête auprès de parents, il arrive à la conclusion que, dans neuf cas sur dix, ils considèrent la préparation des tartines comme une corvée. François Vandenbroucke lance une première expérience dans une école bruxelloise. Bingo ! Cent dix familles répondent à l’appel, 258 pique-niques sont livrés en l’espace de quatre jours, aucune plainte et 100 % de parents soulagés ! Mi-décembre, le site tartinette.be est activé. La formule est simple : les commandes se font en ligne, avec un choix parmi cinq types de sandwiches ou tartines.

Le prix varie entre 3 et 20 euros en fonction du nombre de jours (de 1 à 5) et de la quantité. Pour les distraits, un bouton “panic” permet de passer commande le jour même avant 8 heures ! Quant à la livraison, elle se fait chaque jour à 11h30 par l’intermédiaire de coursiers de la plateforme Shippr. Jusqu’ici, François Vandenbroucke a ciblé une seule commune bruxelloise. “On a déjà signé avec 3 écoles”, précise l’entrepreneur . “Pour juin, on vise 12 écoles (sur les 38 que compte la commune, NdlR)”. Seul à bord pour l’instant, M.Vandenbroucke prévoit de recruter prochainement un responsable commercial et un développeur IT. Il accueillera aussi, dans les prochains mois, un associé ayant une expérience de quinze ans dans l’horeca. Celui-ci prendra en charge la préparation des lunchs (actuellement confiée à un traiteur).


AVIS DU COACH

  • En général:

Tartinette.be est typique des opportunités qui peuvent naître de la rencontre d’un besoin. Quand François Vandenbroucke se retrouve à préparer les tartines pour ses enfants, et qu’il tombe à l’occasion sur un frigo vide, il se dit qu’il ne doit pas être le seul parent dans le cas… Un accompagnement de BeStarter (chez BeCentral) est l’occasion d’y réfléchir et de tester différentes hypothèses.

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺

  • Feedback:

Un marché sur une opportunité toute simple, mais bien réelle, qui a déjà décollé en Flandre mais pas encore en Belgique francophone. Après une phase de validation, “il n’y a plus qu’à” exécuter. En veillant, notamment, à l’expérience utilisateur afin de donner aux parents l’envie de revenir. Alors, peu à peu, école par école, élève par élève, Tartinette.be va trouver son chemin et devenir un véritable “gagne-pain”.

AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

Pour tous les parents qui n’ont pas le temps de préparer le dîner, ceux-là même qui ont pris l’habitude de commander des plats à emporter en quelques clics sur leur smartphone, voici la solution “technologiquement” aidée afin de régler la problématique du repas de midi de leurs enfants. L’idée est brillante et la “traction” semble présente. Toutefois, quid des coûts logistiques ? Est-ce que la multiplication des écoles sera possible à gérer ? Quid aussi des coûts marketing ? Le fait de se vendre dans les écoles et, ensuite, auprès des parents nécessitera un budget certain. Beaucoup de challenges attendent donc la jeune entreprise. A ce titre, je suggère à François Vandenbroucke d’analyser les budgets marketing des grandes enseignes de prêt-à-manger qui se disputent la scène bruxelloise à coup de livraisons, de plats à emporter et autres. Y a-t-il de la place pour un petit Poucet belge ? C’est à Tartinette.be de nous le prouver !

  • Evaluation:

Idée :☺☺

Business modèle : ☺☺

Traction client :☺☺

Finançable : ☺☺


    Retrouvez plus d’informations et de conseils à destination des entrepreneurs sur le blog BizCover.