Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session de “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec leur portrait et les avis du coach Ben Piquard, directeur de LeanSquare, et d’experts de BNP Paribas Fortis, Marie-Cécile Van Ecke, directeur général Retail&Private Banking Bruxelles, et Marie-Noëlle Rainchon, directeur Banque des Entrepreneurs Bruxelles.


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".



Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".

Envie de vous inscrire? Cliquez ici!


PORTRAIT de Venga

Julia, 32 ans, est active au sein d’une multinationale basée en Région bruxelloise. Tout va bien pour elle. A un détail près : Julia veut rester au top de sa forme, mais elle n’est pas hypermotivée… C’est ici que commence l’histoire de Venga imaginée par Alexandre Tombeur, jeune diplômé en droit et en gestion. Son constat est le suivant : l’offre sportive n’a jamais été aussi importante; pourtant, plus de 60 % des personnes ne passent pas à l’action par manque de motivation. Une bonne partie de ces personnes serait toutefois prête à se lancer si elles pouvaient faire appel à un coach sportif ou un “personal trainer”.

“Des coaches, il y en a beaucoup, détaille Alexandre Tombeur. La Belgique a d’ailleurs la plus forte proportion de coaches et instructeurs sportifs en Europe ! Mais ils éprouvent des difficultés à se faire connaître”. Venga veut leur offrir cette visibilité via une plateforme permettant aux sportifs de tous niveaux de trouver leur coach sportif à Bruxelles. Actuellement en cours de développement, la plateforme ne compte encore qu’une petite vingtaine de coaches. “Notre objectif est de réunir 300 coaches certifiés sur Venga d’ici l’été 2017”, précise le jeune entrepreneur. Chaque coach doit payer un droit d’accès pour figurer sur la plateforme. Cela lui permet de créer un profil, où il précise ses compétences, son tarif horaire et ses coordonnées. A charge, pour le client, de faire son shopping.

A terme, la start-up espère développer une communauté de “vengistes” au départ de Bruxelles et de l’étendre à travers l’Europe. Ainsi, que Julia soit à Bruxelles, Londres, Berlin ou Lisbonne, elle pourra faire appel à un coach Venga.


AVIS DU COACH

  • En général:

Voilà un team et un projet bien dynamique. Le problème est posé de façon simple et efficace. Venga veut y remédier en permettant de trouver le coach personnalisé qui va suivre vos efforts. Les scénarios évoqués sont typiques des happy fews qui voyagent en TGV entre les capitales, et souhaitent un coach pour jogger avec eux à Hyde Park lorsqu’ils sont en mini-trip à Londres. Plus près de nous, des contacts sont pris avec des coaches à Bruxelles (on insiste sur le qualitatif, avec des coaches certifiés), un site se met en place, on vise un marché relativement privilégié. Le décompte est enclenché : 3, 2, 1,…

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺☺☺

  • Feedback:
Beaucoup d’éléments sont bien positionnés : l’existence d’un “pain”, le ciblage d’une niche, des éléments d’une communication dynamique, un tour d’horizon des comparables et un positionnement différenciant. On reste quand même avec l’impression qu’un “product-market fit” plus fin doit être réalisé entre les attentes réelles des utilisateurs et ce qu’un tel site peut apporter. La motivation est un beau problème, mais pourrait également se travailler sur d’autres plans : par la gamification, des badges, des objectifs partagés en réseau social d’émulation, etc. Sans doute quelques ajustements à prévoir. Mais avec des porteurs aussi dynamiques, une chose est sûre : ça va bouger.

AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

L’ idée séduit dans un premier temps : combler le manque de motivation et de temps à prendre soin de soi et faire du sport. Venga, lancé il y a seulement trois mois, doit encore préciser et creuser l’offre qu’elle pourrait proposer autour de l’idée de base. Il faut absolument trouver un système de fidélisation de la clientèle. On pourrait imaginer un programme de développement personnel ou de communication à mettre en place avec le coach au travers de la plate-forme, ou encore un système de calendrier avec objectifs personnels à définir avec le coach.

Le modèle de rémunération est basé sur des abonnements afin de minimiser les risques de contournement de la plateforme. Ici aussi, il faudrait davantage creuser les possibilités de revenus que cette plate-forme pourrait dégager (incentives pour entreprises et autres). Venga se positionne aussi autour d’un axe communautaire intéressant à développer. Dans ce registre, on sait que la recommandation est très importante. Cet aspect pourrait constituer un axe de développement.

A ce stade, le projet n’est pas finançable. Le projet doit être approfondi, étoffé et surtout testé – afin de rechercher une validation du business model – avant d’aller plus loin.


  • Evaluation:

Idée :☺☺

Business modèle : ☺☺

Traction client :☺

Finançable :☺