Digital

60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session du “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec un portrait de chaque start-up, ainsi que le feedback d'un coach professionnel (Ben Piquard, directeur de LeanSquare, ou Roald Sieberath, "venture partner" chez LeanSquare) et d’un expert de BNP Paribas Fortis (Benjamin Vasseur, conseiller Innovation Hubs - Banque des Entrepreneurs).


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".



Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".

Envie de vous inscrire? Cliquez ici!


PORTRAIT de Zebra Academy

Réagir vite. Très vite. C’est la priorité des priorités quand une personne est victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). “Chaque minute qui passe, ce sont jusqu’à 2 millions de neurones qui disparaissent ! Le patient doit donc être emmené le plus rapidement possible vers l’hôpital où sa prise en charge sera la mieux assurée”, explique Bastien Ritzen, cofondateur et CEO de Zebra Academy. Cet ancien “product manager” chez Proximus cite un autre chiffre : en Belgique, on recense plus de 15 000 AVC par an, ce qui en fait la première cause d’invalidité. Zebra est née d’une étude clinique menée en 2014 par le professeur Raf Brouns, chef du service de neurologie à l’UZ Brussel (hôpital universitaire de la VUB). L’idée était de tester un dispositif de télémédecine embarqué dans une ambulance. Le test s’avérera très positif. 

Dès 2015, grâce à des financements publics (belges et européens), Zebra Academy voit le jour grâce à cinq cofondateurs (dont 2 neurologues). Le système se compose à la fois de “hardware” (un écran TV équipé d’une caméra dans l’ambulance par lequel un médecin va pouvoir interagir avec le patient et poser un premier diagnostic) et de “software” (une plateforme qui collecte les données du patient et les transmet à l’hôpital d’accueil). “Grâce à ça, on réduit non seulement les risques de séquelles pour les patients, mais on réduit aussi les coûts d’hospitalisation, de revalidation et de suivi des patients”, dit Bastien Ritzen. Sélectionné dans le cadre du plan d’action e-santé de la ministre Maggie De Block, le système Zebra devrait couvrir 80  % des hôpitaux universitaires belges dans les tout prochains mois. La start-up voit toutefois au-delà des frontières belges. “Notre objectif est d’investir 1 million d’euros pour accélérer notre expansion. Des contacts avec différents fonds d’investissement sont en cours”, conclut M. Ritzen.


AVIS DU COACH

  • En général:
L’idée de base est géniale. Lors d’un AVC, le bon diagnostic, posé très rapidement, est essentiel pour avoir les meilleures chances de guérison. En permettant à des médecins spécialisés de poser à distance (via un module de télémédecine), dès la prise en charge dans l’ambulance, le bon diagnostic, ce sont de précieuses minutes qui sont gagnées lorsque le patient arrive à l’hôpital. Cette spin-off off de l’UZ/VUB a prouvé sur le terrain la valeur de ses solutions. Elle doit maintenant commencer à commercialiser ses solutions.


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺

Traction client :☺

Finançable :☺☺

  • Feedback:
Le vrai challenge à ce stade pour ce type de belle spin-off, c’est évidemment de passer du labo à la réalité commerciale. Ce sont d’autres profils, compétences, modes de fonctionnement qui doivent être mobilisées. Les cycles de ventes sont longs et il faut tenir. Un petit coup de pouce aux talents locaux est donc plus qu’encouragé !



AVIS DE L'EXPERT

  • En général:
Un projet coup de cœur tant j’ai été convaincu par le concept, l’utilité et l’importance sociétale de Zebra. Le système permettra très clairement d’aider à sauver la vie de beaucoup de personnes victimes d’un AVC. Le fait que plusieurs hôpitaux testent déjà Zebra en est la meilleure preuve. C’est un très bon début pour convaincre le secteur médical belge de la nécessité d’équiper un maximum d’ambulances avec Zebra. Les coûts d’équipement me semblent tout à fait abordables. D’autres pays devraient se montrer intéressés. D’un point de vue bancaire, il est difficile de dire si c’est le bon moment de faire appel à un financement. Il est probablement plus judicieux de le prévoir lorsqu’il s’agira de développer de nouvelles fonctionnalités ou simplement d’améliorer le dispositif actuel.


  • Evaluation:

Idée :☺☺☺☺

Business modèle : ☺☺☺☺

Traction client :☺☺☺

Finançable :☺☺☺


    Retrouvez plus d’informations et de conseils à destination des entrepreneurs sur le blog https://bizcover.bnpparibasfortis.be/